Proche-Orient - «Cette escalade se dirige vers une guerre à grande échelle»
Publié

Proche-OrientAu moins 70 morts dans les violences entre Israël et le Hamas

Les affrontements ne faiblissent pas entre la Palestine et Israël. Un bilan provisoire s’élève à au moins 70 morts. La communauté internationale appelle les deux camps à la désescalade.

Plus de 1000 roquettes tirées vers Israël, des frappes continues sur la bande de Gaza et plus de 70 morts depuis lundi: l’affrontement entre le Hamas et l’État hébreu ne montrait mercredi soir aucun signe d’apaisement et faisait craindre une «guerre à grande échelle».

La dernière victime connue de cette escalade militaire est un enfant de six ans, dans la ville israélienne de Sdérot, victime d’un nouveau barrage de roquette du Hamas depuis la bande de Gaza qui a causé des ravages dans la ville voisine d’Ashkelon.

Ce décès porte à sept – incluant un soldat – le nombre de personnes tuées en Israël depuis le déclenchement des hostilités lundi, les plus intenses depuis la guerre de Gaza de 2014.

16 enfants tués à Gaza

À Gaza, enclave palestinienne sous blocus israélien et contrôlée par le Hamas, 65 personnes sont mortes dans des frappes israéliennes, dont 16 enfants et plusieurs commandants du Hamas.

Le mouvement islamiste a annoncé mercredi le décès de Wael Issa, chef de sa branche militaire pour la ville de Gaza, la principale de ce territoire palestinien, tandis que les services de renseignement intérieurs israéliens ont annoncé le décès de trois autres ténors de l’organisation.

L’aviation israélienne a aussi pulvérisé une tour de plus de dix étages abritant des bureaux de la chaîne palestinienne Al-Aqsa, créée il y a quelques années par le Hamas.

«En représailles au raid sur la tour Al-Shorouk et à la mort d’un groupe de dirigeants», le Hamas a lancé mercredi soir plus d’une centaine de roquettes vers Israël dont plusieurs ont été interceptées par le bouclier antimissile «Dôme de Fer».

AFP

La diplomatie s’active

Face à cette intensification des combats, les États-Unis ont annoncé mercredi soir l’envoi d’un émissaire en Israël et dans les Territoires palestiniens pour exhorter une nouvelle fois à la «désescalade», tandis que la Russie a appelé à une réunion d’urgence du Quartet sur le Proche-Orient (UE, Russie, USA, ONU).

«Une guerre à Gaza serait dévastatrice et ce sont les gens ordinaires qui en paieraient le prix.»

Tor Wennesland, émissaire de l’ONU pour le Proche-Orient.

«Cessez immédiatement les tirs. Cette escalade se dirige vers une guerre à grande échelle, a alerté mardi l’émissaire de l’ONU pour le Proche-Orient Tor Wennesland. Les chefs de tous les camps doivent s’engager vers une désescalade. Une guerre à Gaza serait dévastatrice et ce sont les gens ordinaires qui en paieraient le prix», dans ce microterritoire palestinien de deux millions d’habitants, miné par un taux de chômage avoisinant 50%.

Mercredi matin, le sergent-chef Omer Tabib, 21 ans, a été tué par des tirs antichars du Hamas «lors d’une opération visant à protéger des villages (israéliens) près de la bande de Gaza», a indiqué l’armée. La branche armée du Hamas avait auparavant annoncé avoir tiré un missile sur une jeep de l’armée israélienne.

Les services israéliens affirment avoir tué au total une «dizaine» de responsables du Hamas mais aussi des cadres du Jihad islamique, second groupe islamiste armé de la bande de Gaza, dans des raids menés depuis lundi soir. Pour l’armée, les frappes sur Gaza se veulent une riposte aux «plus de 1000 roquettes» lancées par différents groupes armés vers l’État hébreu depuis lundi.

Le Hamas avait lancé une première salve de roquettes vers Israël en guise de «solidarité» avec les plus de 900 Palestiniens blessés dans des heurts avec la police israélienne à Jérusalem-Est occupé. Outre le nombre croissant de morts, 335 Palestiniens ont été blessés dans ces frappes, dont beaucoup ont été sauvés des ruines fumantes de bâtiments. Côté israélien, plus de 100 personnes ont été blessées.

«Si (Israël) veut une escalade, la résistance est prête et si (Israël) veut arrêter, nous sommes prêts aussi», a indiqué mardi soir le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh, appelant les forces israéliennes à se retirer de l’esplanade des Mosquées. Selon la procureure en chef de la Cour pénale internationale Fatou Bensouda, des «crimes» pourraient avoir été commis.

Violences dans les cités mixtes

Des violences ont aussi gagné des villes israéliennes ces derniers jours, notamment Lod, cité mixte juive et arabe du centre du pays, où l’état d’urgence a été décrété et un couvre-feu imposé de mercredi 20h00 à jeudi 04h00, après que la police a fait état d’émeutes par la minorité arabe.

Le président Reuven Rivlin a dénoncé un «pogrom», tandis que certains observateurs craignaient une aggravation des troubles civils après que des manifestants ont notamment brûlé des voitures, affronté la police israélienne et attaqué des automobilistes juifs dans plusieurs villes mixtes.

Mercredi soir, Lod s’embrasait de nouveau comme d’autres villes mixtes d’Israël, théâtre d’affrontements entre juifs et Arabes.

Des manifestations de soutien à l’étranger se sont encore déroulées mercredi, notamment au Liban ou en Jordanie où environ 3000 personnes se sont rassemblées à Amman en solidarité avec les Palestiniens de Jérusalem-Est et de Gaza, saluant les roquettes de «résistance» tirées contre Israël.

(AFP)

Ton opinion