La gymnasienne Joya Marleen sort un premier EP voué au succès
Publié

Joya MarleenCette étudiante est parée pour sa mise en orbite

Joya Marleen a connu le succès en 2020 avec son premier single, «Nightmare». Elle sort vendredi 18 juin 2021 son premier EP.

par
Fabien Eckert

La Saint-Galloise de 18 ans a le sourire scotché aux lèvres. Grâce à son EP, «Joya Marleen», la chanteuse a pu prendre un jour de congé dans son gymnase pour pouvoir faire le tour des différents médias de Suisse romande. «Je leur ai dit que j’allais parler toute la journée en français. Ça a aidé pour que ça passe», rigole Joya.

Comment vous sentez-vous?

Je suis contente et nerveuse à la fois. L’EP est la première vraie étape dans ma carrière. Je peux enfin montrer les facettes de ma musique.

Votre premier single, «Nightmare», a été l’un des plus diffusés sur les radios suisses en 2020.

Jamais je n’aurais imaginé ça. Mes copains au gymnase m’ont soutenue même si mon succès n’était pas un thème de discussion. Je reste avant tout la fille bordélique de la classe. D’ailleurs, je veux avant tout finir ma matu pour ensuite me consacrer plus à la musique.

C’est vrai que vous avez créé «Running In My Mind» dans votre salle de classe?

Oui. Il y avait un vieux piano au fond de la salle. Sur la première démo, on entend le bruit, les élèves et même le prof qui nous demande de nous calmer. C’était une impro, pour le fun. Mon inspiration peut venir de n’importe quoi qui m’entoure. Quand elle arrive, il faut savoir saisir cette chance.

Sur votre EP, vous dévoilez deux visages, un triste et un joyeux.

C’est vrai. C’est beau aussi de montrer de la tristesse. C’est important de lui accorder de la place parce qu’après tout la vie n’est pas toujours rose.

La suite, c’est quoi?

Je suis en train d’écrire de nouveaux morceaux. J’ai hâte de jouer en live cet été dans des festivals et surtout de ma première tournée à l’automne avec deux musiciens. La scène ne me fait pas peur.

Ton opinion