Décès chez les vaccinés – «Cette évolution était prévisible, on aurait dû réagir plus rapidement»
Publié

Décès chez les vaccinés«Cette évolution était prévisible, on aurait dû réagir plus rapidement»

Les personnes vaccinées représentent actuellement environ la moitié des décès. Fin octobre, il y en a même eu plus chez elles que chez les non-vaccinés. Explications.

par
Christina Pirskanen

«Fin octobre, le virus a tué deux fois plus de personnes vaccinées que non-vaccinées»: une statistique, qui circule sur les réseaux sociaux, est censée prouver que le vaccin contre le Covid est inefficace, voire nocif.

Ces chiffres, qui se répandent comme une traînée de poudre, sont trompeurs. Durant les dix derniers jours d’octobre, les statistiques officielles indiquent que 22 personnes décédées n’étaient pas vaccinées tandis que 24 personnes décédées l’étaient: ils n’étaient donc pas deux fois plus nombreux. Dans les chiffres absolus, le nombre de décès chez les vaccinés est stable, mais il est vrai de dire que la proportion de vaccinés parmi les décès augmente. Qu’est-ce que cela veut dire?

90% des plus de 70 ans sont vaccinés

Daniel Dauwalder, porte-parole de l’OFSP, explique: «Les personnes ayant un risque plus élevé de contracter une forme grave du Covid-19, voire de décéder des suites d’une infection au coronavirus, sont actuellement presque toutes totalement vaccinées.»

Il note que près 90% des plus de 70 ans sont vaccinés à ce jour. «C’est pourquoi il y a eu, en termes de chiffres absolus, plus de décès de personnes vaccinées dans cette catégorie d’âge au cours des dernières semaines.» Or si on les observe dans l’autre sens, les chiffres montrent donc que, parmi les personnes vulnérables, les seuls 10% environ qui ne sont pas vaccinés représentent environ 50% des décès.

Le vaccin est efficace pour lutter contre les formes graves de la maladie et ce même sans rappel, note Daniel Dauwalder. Il ajoute néanmoins qu’il existe des indices selon lesquels la protection vaccinale baisse auprès des personnes âgées de plus de 75 ans. «C’est pourquoi un rappel de vaccin est recommandé pour toutes les personnes de plus de 65 ans et surtout pour celles souffrant d’une maladie chronique, tout comme les résidents et employés des EMS.»

«C’était prévisible»

Selon l’infectiologue Andreas Cerny, la baisse de la protection vaccinale chez les personnes âgées est la raison principale pour le nombre grandissant de décès parmi les personnes vaccinées: «Les personnes âgées et vulnérables ont été vaccinées en premier et on sait que les anticorps disparaissent plus rapidement chez les personnes âgées.»

Le Dr. Cerny critique l’hésitation des autorités en termes de 3e injection alors que Swissmedic a délivré son autorisation pour les vaccins de Pfizer et Moderna il y a trois semaines déjà. L’infectiologue est convaincu: si le «booster» avait été décidé avant, moins de personnes vaccinées seraient décédées au cours des dernières semaines. «Cette évolution était prévisible. On aurait dû réagir plus rapidement.»

Ton opinion

776 commentaires