Nouvelle-Zélande: Cette fâcheuse erreur qui le prive de travail
Publié

Nouvelle-ZélandeCette fâcheuse erreur qui le prive de travail

Condamné à deux ans de prison pour vol aggravé, un jeune homme s'est fait tatouer derrière les barreaux, après avoir forcé sur l'alcool. Désormais libre, il ne trouve pas d'emploi.

par
joc
Mark, 19 ans, s'est fait ce tatouage en prison, après avoir forcé sur de l'alcool fait maison.

Mark, 19 ans, s'est fait ce tatouage en prison, après avoir forcé sur de l'alcool fait maison.

Facebook

Mark Cropp avait 17 ans lorsqu'il a été condamné à une peine de prison pour vol aggravé, après avoir menacé un touriste avec un couteau à Nelson (au nord de l'île du Sud). Durant son incarcération à Christchurch, le jeune homme s'est retrouvé, par une étrange coïncidence, dans la même cellule que son propre frère. Celui-ci l'a alors convaincu de se faire un tatouage menaçant qui dissuaderait les autres prisonniers de lui chercher des noises.

A l'origine, le dessin devait être «un petit truc le long de la mâchoire». Mais après avoir forcé sur de l'alcool fait maison, les deux frères se sont un peu trop lâchés. Résultat: Mark s'est fait tatouer un énorme «DEVAST8» traversant tout le bas de son visage. Aujourd'hui âgé de 19 ans, le jeune papa est libre et ne souhaite qu'une chose: assurer le confort de sa femme et de sa petite fille. Le problème, c'est qu'aucune société n'accepte d'engager Mark, son immense tatouage jetant un froid à tous les coups.

Désespéré, le Néo-Zélandais a lancé un appel sur Facebook. «Un employeur m'a dit: «Je ne vous engagerai pas avec ça sur votre visage, je ne vous regarderai même pas une seconde fois.» D'autres ont simplement haussé les épaules ou se sont moqués de moi», raconte Mark au «NZ Herald». Le jeune homme assure que le terme «DEVAST8» est son surnom et pas une allusion à un gang. Sur Facebook, le jeune papa a bénéficié d'un bel élan de compassion, mais rien qui ne lui permette, pour l'heure, de décrocher un travail à temps complet.

Ton opinion