Super League: Cette fois, Sion a raté son début de match
Actualisé

Super LeagueCette fois, Sion a raté son début de match

Le FC Bâle s'est imposé 3-0 face aux Valaisans samedi après-midi. Contrairement à la finale de la Coupe de Suisse, les Sédunois ont manqué d'agressivité pour espérer mieux.

par
Tim Guillemin
Bâle
Mohamed Elneny prend le meilleur sur Gabriel Cichero. Oui, Bâle a facilement franchi l'obstacle sédunois samedi.

Mohamed Elneny prend le meilleur sur Gabriel Cichero. Oui, Bâle a facilement franchi l'obstacle sédunois samedi.

«On n'a pas réussi à faire ce qu'on avait très bien fait le 7 juin, c'est tout! Moi le premier, d'ailleurs.» Reto Ziegler ne se cache jamais, ni sur le terrain, ni devant la presse. A l'heure d'analyser les raisons de la lourde défaite de son FC Sion à Bâle samedi (3-0), le défenseur central a commencé par pointer les lacunes du collectif sédunois sur ce match. «On a manqué d'agressivité. Le 7 juin, on était entrés dans le match avec un état d'esprit ultra-conquérant. Aujourd'hui, c'était moins le cas. Après, il y a des matches où l'on peut se permette d'être moins bons pendant un quart d'heure. Et il y en a d'autres où on ne peut pas», a continué celui qui a terminé le match avec le brassard de capitaine après l'expulsion de Veroljub Salatic.

Oui, à Bâle, il est difficile de passer à côté de son début de match et d'espérer en sortir indemne. Devant 27'792 spectateurs, dont l'immense majorité espérait une revanche bâloise, les Sédunois sont passés à côté du premier quart d'heure. «Largement, même. On a manqué de tout, là», pestait Didier Tholot. L'ouverture du score bâloise est pourtant tombée peu avant la demi-heure, alors que Sion semblait aller un peu mieux. Mais le coup-franc de Matias Delgado était tellement parfait qu'il n'a pu que tromper Andris Vanins, lequel avait tout sorti jusque-là. Et comme sept minutes plus tard, le même Delgado a chipé le ballon à Veroljub Salatic et s'en est allé seul vers le but, le milieu défensif valaisan n'a eu d'autre choix que de le stopper. Avant même que M. Amhof ne mette la main à la poche, Salatic avait compris le sort qui l'attendait: carton rouge et Sion, mené 1-0, à 10 contre 11 dans l'enfer de Saint-Jacques. «L'expulsion est ultra-sévère. Et à partir de là, ça devenait compliqué», a sobrement commenté Didier Tholot.

Sion, ensuite, a bien tenté de revenir, se créant quelques situations intéressantes. «Surtout, on a bien tenu. Ils n'ont pas eu tellement d'occasions que cela,» relevait Reto Ziegler. Vrai. Mais Bâle a accéléré en fin de match, portant le score à 3-0 pour le plus grand plaisir d'un public rhénan ravi de laver l'affront de la Coupe.

Tiens, d'ailleurs, Urs Fischer a-t-il parlé de cette finale à ses joueurs, lui qui n'était pas encore l'entraîneur du FC Bâle le 7 juin dernier? «Absolument pas. Pas un mot. Rien», a coupé court le technicien «rotblau». Il n'en a pas eu besoin, ils l'avaient de toute façon tous en tête. «Ce que j'ai demandé à mes joueurs, c'est de jouer agressif, d'aller mettre le FC Sion sous pression et d'être très offensif de la première à la dernière minute. C'est ce qu'on a fait. Pour moi, l'expulsion de Salatic que Didier Tholot trouve sévère, c'est révélateur du fait qu'on a voulu les presser et jouer haut. Ils ont été surpris qu'on le fasse autant, je pense. Du coup, Matias a pu récupérer ce ballon et provoquer la faute de Salatic», a continué Urs Fischer.

Reste une question majeure: ce revers peut-il déjà condamner les rêves de titre du FC Sion? Pour Léo Lacroix, la réponse est claire: «Pas une seule seconde. On ne va rien remettre en question.» Même opinion chez Reto Ziegler: «Absolument pas. Aujourd'hui, on a perdu un match, mais on sort d'ici la tête haute. Il faudra simplement mettre plus d'agressivité, dès le prochain match à Vaduz. Cet aspect-là, il n'est pas technique, il n'est pas extraordinaire, il n'est pas complètement fou: il est juste mental.» Tout ce qui a manqué ce samedi à Saint-Jacques.

Bâle - Sion 3-0 (1-0)

Parc Saint-Jacques 27 792 spectateurs.

Arbitre: Amhof.

Buts: 27e Delgado 1-0. 69e Traoré 2-0. 89e Lacroix 3-0.

Bâle: Vaclik; Lang (77e Degen), Suchy, Samuel, Traoré; Xhaka, Elneny; Embolo, Delgado (70e Zuffi), Callà; Janko (70e Bjarnason).

Sion: Vanins; Zverotic, Lacroix, Ziegler, Pa Modou; Salatic, Fernandes; Follonier (41e Cichero), Assifuah (71e Rüfli), Carlitos (84e Christofi); Konaté.

Notes: Bâle sans Ivanov, Kakitani, Simic (blessés), Gashi, Hoegh ni Safari (pas convoqués), Sion sans Ndoye, Zeman (blessés) ni Kouassi (suspendu). 34e expulsion de Salatic (faute de dernier recours). Avertissements: 25e Follonier. 45e Xhaka et Pa Modou. 68e Zverotic.

Urs Fischer a dû se justifier

L'entraîneur du FC Bâle a été interrogé sur sa gestion de Matias Delgado. Le génial meneur de jeu argentin avait été laissé sur le banc mercredi à Poznan en Champions League, ce qui a surpris. Certains observateurs ont cru voir dans sa performance de samedi un message clair à l'encontre de son nouvel entraîneur. Urs Fischer a balayé ces considérations: "Mati est un grand professionnel et il l'a prouvé encore ces derniers jours. Oui, il était sur le banc à Poznan, où j'avais opté pour une configuration plus défensive. Il a été le premier supporter de l'équipe, encourageant et soutenant tout le monde. Aujourd'hui, il a montré toute sa classe, avec un but et un assist. Je le répète, c'est un grand professionnel, qui a agi en tant que tel. Ses qualités, tout le monde les connaît, elles ne datent pas d'aujourd'hui."

Ton opinion