Herisau (AR): «Cette irrigation est un affront»
Actualisé

Herisau (AR)«Cette irrigation est un affront»

La Suisse orientale souffre de la sécheresse. Les prairies deviennent brunes. Mais ce n'est pas le cas des terrains de football de Herisau qui sont arrosés. Une voisine s'en étonne.

par
jfe

«C'est une nuisance publique lorsqu'un terrain de football est arrosé pendant des heures en période de pénurie d'eau», se plaint Emmy Zürcher (65 ans). L'ancienne conseillère cantonale vit à un jet de pierre du centre sportif de Herisau, où les systèmes d'arrosage ont fonctionné pendant environ trois heures le mardi matin. Le public, en revanche, est appelé à utiliser l'eau de manière ciblée et parcimonieuse, explique-t-elle à nos collègues de «20minuten».

«Pour moi, c'est un affront envers l'agriculture, qui dépend de l'eau, de sorte qu'au moins les animaux ont encore quelque chose à manger sur les sols desséchés». Elle se demande où restera l'idée de solidarité et la fonction de modèle de la communauté.

Un remplacement coûterait cher

«Ce n'est pas la bonne façon de faire, a répondu un officiel du football club de Herisau, qui souhaite garder l'anonymat. Toutefois, les installations sportives doivent également être entretenues». Le remplacement d'une pelouse coûterait plus de 100'000 francs à la commune qui est responsable de son entretien.

Glen Aggeler, conseiller municipal, comprend les préoccupations des critiques. Mais il souligne également les coûts immenses qui seraient encourus si la pelouse s'asséchait. «L'irrigation se fait également en consultation avec l'approvisionnement local en eau», explique M. Aggeler.«Contrairement à d'autres communes de la région, nous n'avons pas d'interdiction d'irrigation ou d'extraction d'eau.» En outre, seuls les deux terrains de football sont actuellement irrigués par la municipalité.

(jfe/20 minutes)

Ton opinion