Ski alpin: «Cette longue attente a aidé à réduire la pression»
Actualisé

Ski alpin«Cette longue attente a aidé à réduire la pression»

À 20 ans, la technicienne Mélanie Meillard retrouve le plaisir de la glisse après 410 jours de pause forcée. Interview.

par
Oliver Dufour

La skieuse valaisanne est ravie de glisser à nouveau skis aux pieds.

Alors que la tendance est plutôt au rangement du matériel de ski en cette fin de ­saison, la résidente d'Hérémence (VS), originaire de Neuchâtel, a fait le contraire en le sortant pour la première fois cet hiver. Cela faisait 410 jours, depuis sa blessure au genou gauche aux JO de Pyeongchang, que Mélanie Meillard n'avait plus skié. Dans «sa» station, elle a fait un pas vers un retour à la compétition la saison prochaine.

Quel sentiment avez-vous eu sur la neige?

J'ai été très étonnée en bien en mettant les skis. Ça a été un vrai bonheur de retrouver mes sensations. L'entraînement physique, ça va un moment!

Ça doit être un immense soulagement après tout ce temps...

C'est en effet un moment que j'attendais depuis longtemps. Tout n'est pas encore parfait, mais c'est un grand pas en avant.

En passant une seconde fois sur le billard, en octobre dernier, à cause du rejet d'une greffe, avez-vous eu envie de tout arrêter?

Non, pas du tout. Je savais que le ski était ce que je voulais faire, il n'était pas question de laisser tomber. Mais c'est vrai qu'il y a eu des moments de démotivation, où je n'avais aucune envie d'aller travailler. J'ai eu la chance d'être entourée de personnes qui m'ont beaucoup soutenue. Au final, j'ai plutôt bien pris cette longue attente.

Vraiment?

Oui. Si j'avais repris le ski en octobre, j'aurais eu beaucoup plus de pression d'attaquer ­directement la saison. Le fait d'avoir beaucoup de temps m'a aidée à la faire baisser.

Et maintenant?

Je vais skier jusqu'à la fermeture des pistes, fin mai. Puis continuer le travail physique jusqu'à la reprise avec l'équipe de Suisse en juillet.

Ton opinion