Actualisé 04.03.2010 à 12:50

Ottmar Hitzfeld se lâche«Cette rencontre a servi de révélateur»

La performance alarmante livrée par l'équipe de Suisse mercredi à St-Gall contre l'Uruguay (1-3) restera longtemps en travers de la gorge d'Ottmar Hitzfeld.

L'espace d'une soirée, le sélectionneur a pris conscience d'une triste réalité: la concurrence n'existe pas vraiment au sein de sa sélection.

«J'ai dans ma tête le nom des treize ou quatorze joueurs qui entreront vraiment en ligne de compte pour la Coupe du monde. Le match contre l'Uruguay m'a conforté dans mes certitudes, affirme Ottmar Hitzfeld. J'aurais souhaité qu'une véritable concurrence s'installe après cette rencontre. Nous l'avons abordée sans cinq titulaires indiscutables. A l'exception de Wölfli qui fut mon meilleur élément avec Inler, les joueurs appelés à jouer à la place de Senderos, Huggel, Frei et Nkufo n'ont pas su saisir pleinement leur chance...»

«Si ces cinq joueurs avaient été présents, j'aurai aligné mon équipe type contre l'Uruguay. Les circonstances m'ont conduit à tenter à des essais, poursuit le sélectionneur. Je ne le regrette pas. Cette rencontre a servi de révélateur. On a pu mesurer tout ce qu'impose le haut niveau». Même si le sélectionneur refuse bien sûr de les condamner, Jonathan Rossini et Xherdan Shaqiri sont encore beaucoup trop tendres. Schwegler et Derdiyok n'ont, également, pas répondu à son attente. Seul Davide Chiumiento, le troisième néophyte de la soirée, l'a convaincu. «Il a fait un excellent travail sur son flanc gauche», souligne le sélectionneur.

Le joueur du FC Lucerne sera-t-il l'unique surprise de la liste des vingt-trois joueurs retenus pour la Coupe du monde ? Ottmar Hitzfeld pourrait la divulguer le 11 mai déjà. «La FIFA exige une première liste de trente noms, précise Ottmar Hitzfeld. Je pense que mon choix des vingt-trois sera déjà arrêté au 11 mai». Le choix le plus douloureux sera, avoue-t-il, la désignation des deux arrières gauches. La cote de Ludovic Magnin, écarté de la sélection contre l'Uruguay, a remonté. «Il y a un match à trois entre Ziegler, Spycher et Magnin, confirme Ottmar Hitzfeld. La décision ne sera pas facile à prendre». Le Vaudois est l'un des «gagnants» de la soirée avec, peut-être, Hakan Yakin. «Quand on perd 3-1, il n'y a pas de gagnant»!, remarque toutefois le coach national. (si)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!