Mondial de hockey: Cette Suisse est vraiment imbattable !
Actualisé

Mondial de hockeyCette Suisse est vraiment imbattable !

Les Helvètes joueront dimanche la finale du Championnat du monde! En demie, ils ont réussi une prestation en tous points exceptionnelle pour venir à bout des Etats-Unis (3-0). Dernier obstacle avant le titre planétaire: la Suède (dimanche à 20h30).

par
Robin Carrel
Stockholm

Qu'est-ce qui a bien pu se passer dans ce groupe en ce printemps 2013? La Suisse a continué son sans faute sur la glace de Stockholm et fêté un neuvième succès en autant de parties. Contre les USA, elle a dominé dans tous les compartiments du jeu. La troupe de Sean Simpson aurait même pu s'imposer plus largement, tant son emprise sur la partie était incroyable, samedi soir à la Globe Arena. La sélection à croix blanche est assurée d'au moins égaler son meilleur résultat dans la compétition. En... 1935, les Helvètes avaient remporté la médaille d'argent du Mondial. Cette année-là, ils avaient été sacrés Champions d'Europe.

Le plus incroyable, avec la formation de Sean Simpson, c'est qu'elle a encore faim. En zone mixte, après le match, les joueurs répétaient inlassablement ce qu'ils racontent depuis le début des hostilités. «Prendre match après match», c'est facile à dire après une courte victoire à la maison contre Zoug ou à Ambri-Piotta au mois de novembre. Mais affirmer les yeux dans les yeux «qu'il y a encore un match à gagner» après avoir donné la leçon aux Etats-Unis, c'est faire preuve de pas mal de confiance en soi, pour des supposés «Petits Suisses». Et dire que deux jours auparavant, ces mêmes Américains infligeaient à la Russie la plus sévère défaite de son histoire (8-3)...

Quand la Suisse a su que Joe Sacco avait titularisé John Gibson devant le filet américain, elle pensait certainement avoir à affronter un des plus grands espoirs au poste de gardien. Finalement, c'est déjà à un portier de classe mondiale qu'elle a eu à faire. Le «MVP» du dernier Championnat du monde M20 disputé en Russie a tout simplement été étincelant. Le cerbère des Kitchener Rangers en Ontario Hockey League a détourné 18 tirs lors de la seule première période.

Le capitaine Mathias Seger et ses coéquipiers auraient pu se frustrer, ils ont au contraire redoublé d'ardeur et leur travail de sape a fini par payer. Gibson a craqué à deux reprises face à Niederreiter (31e), puis Walker (51e), et c'est Reto Berra qui a finalement été l'un des hommes-clé de cette rencontre. La Suisse avait à chaque fois encaissé au moins un but depuis le début du tournoi? Le futur gardien de Calgary a répondu avec un blanchissage (29 arrêts).

Dimanche, à 20h30, les Suisses seront opposés à la Suède. Ils avaient battu la «Tre Kronor» (2-3) lors de la première journée du tour préliminaire. Depuis, les Scandinaves ont reçu le renfort bienvenu des jumeaux Sedin. Suffisant pour se mettre en travers de la route de la «Nati»?

Trois questions à Julian Walker, auteur du 2-0.

- Que s'est-il passé sur cette action?

- Je sais pas, c'est allé très vite... Je n'ai pas eu le temps de penser! Il y a une super passe de «Mosi» (ndlr: Simon Moser) et j'ai tiré très fort. On a fait un bon travail et surtout, j'ai reçu un excellent puck. Tu as besoin de tout cela pour pouvoir marquer. Il y a aussi eu beaucoup d'autres choses importantes que nous avons bien faites ce soir. Ca commence par le gardien, la défense... C'est tout le monde qui a fait son job.

- Vous rendez-vous compte que vous avez marqué en demi-finale d'un Championnat du monde et que dans quelques heures, c'est la finale?

- Je pense que je m'en rendrai compte lundi... Maintenant, c'est clair qu'on est envahi de super sentiments. On a gagné ce match, c'était notre but, mais il y a encore une rencontre à disputer. On veut aussi gagner celui-là. On ne pense pas forcément à ce que cela représente et on verra bien demain soir.

- Mais n'êtes-vous pas surpris de mettre 3-0 aux Etats-Unis et de dominer le match?

- Surpris, je ne sais pas... (Il réfléchit) C'est une vraie équipe qui a joué aujourd'hui. Si tu joues ainsi, beaucoup de choses sont réalisables. C'est peut-être un peu arrogant, mais si on travaille vraiment tous ensemble, tout devient possible.

Large domination.

Les Helvètes auraient dû s'envoler en début de match. Walker a trouvé la transversale dès les premières secondes, puis Niederreiter a manqué son un contre un avec le gardien (5e). Bodenmann (8e), Ambühl (9e), puis Cunti (15e) ont tous eu des occasions qui avaient le poids d'un but. En contournant la cage américaine, Moser a lui aussi fait connaissance avec l'aluminium suédois (21e). La délivrance est arrivée grâce à «El-Nino». Profitant d'une récupération de puck et d'un bon service de Plüss, Niederreiter a ouvert le score une seconde après la mi-match. Moser (34e) et Vauclair (40e) ont manqué de peu le K.O.. Celui-ci est arrivé par la crosse de Walker. Le No 95 est arrivé seul devant le but adverse et a allumé la lucarne (51e). Dans les ultimes secondes, Suri a assuré le succès des siens dans la cage vide.

«On a le sentiment d'être en train de rêver»

Ueli Maurer (Président de la Confédération): «Je suis sans voix. Je m'attendais à une bonne performance de la Suisse, mais de là à ce qu'elle atteigne la finale... On a le sentiment d'être en train de rêver. Ce succès a une immense signification pour le sport suisse dans son ensemble et pour le hockey suisse en particulier. Nous faisons partie des meilleures nations. On doit faire attention au mot «historique», mais ce que la Suisse a fait là en a la dimension.» (ats)

Ton opinion