Aide sociale: Ceux qui en bénéficient le plus
Actualisé

Aide socialeCeux qui en bénéficient le plus

45,5% des personnes faisant appel à l'aide sociale en Suisse sont d'origine étrangère. Les ressortissants de l'ex-Yougoslavie constituent le peloton de tête.

par
rga

Selon des chiffres publiés par l'Office fédéral de la statistique (OFS), 230 010 personnes ont bénéficié de l'aide sociale en Suisse en 2009. 45,5% étaient d'origine étrangère. Les ressortissants étrangers bénéficient à des degrés divers de cette aide.

Avec 15 287 personnes à l'aide sociale, les ressortissants serbes et monténégrins occupent la tête du classement. Ils représentent 15% de tous les bénéficiaires de ce filet social. Les citoyens turcs figurent au deuxième rang avec 11 160 bénéficiaires, ce qui représente un chiffre trois fois supérieur au nombre de citoyens allemands dans le même cas. Les Italiens (8671) sont troisièmes, suivis de près par les Portugais (8290 bénéficiaires).

Parmi les ressortissants d'autres pays de l'Union européenne, les Allemands figurent au huitième rang (3170), suivis des Français avec 2714 personnes à l'aide sociale.

Certains pays du Moyen-Orient et d'Afrique, dont les ressortissants vivent en Suisse, connaissent un pourcentage particulièrement élevé de demandeurs d'aide. Les citoyens originaires de la Somalie, du Yémen et de Guinée-Bissau bénéficient à plus de 50% de celle-ci.

2% de Suisses font appel à l'aide sociale.

Parmi les raisons avancées par les experts pour expliquer ces disparités, George Sheldon, professeur d'économie à l'Université de Bâle, en retient une importante. Selon lui, le taux élevé de certains bénéficiaires de l'aide sociale est une conséquence d'une politique d'immigration, qui a duré des décennies, de personnes peu ou pas qualifiées. «Aujourd'hui, ce sont les grands perdants sur le marché du travail», commente-t-il dans «Der Sonntag». «Les étrangers plus qualifiés sont plus mobiles et ils profitent du marché globalisés de l'emploi pour quitter la Suisse et trouver un job ailleurs. Les moins qualifiés restent sur place, c'est-à-dire en Suisse», ajoute-t-il.

Ton opinion