Genève: CEVA: les travaux vont bon train
Actualisé

GenèveCEVA: les travaux vont bon train

Le chantier du RER franco-valdo-genevois est désormais avancé à 60%. La date de mise en service est toujours prévue fin 2019.

par
Léonard Boissonnas
1 / 15
A Genève, le dernier tunnel du CEVA, celui de Champel, est percé. Les dix kilomètres du tracé souterrain de la ligne ferroviaire reliant Cornavin à Annemasse (F) sont désormais excavés. (Jeudi 8 juin 2017)

A Genève, le dernier tunnel du CEVA, celui de Champel, est percé. Les dix kilomètres du tracé souterrain de la ligne ferroviaire reliant Cornavin à Annemasse (F) sont désormais excavés. (Jeudi 8 juin 2017)

Keystone
Le consortium du numéro un suisse de l'énergie Alpiq et de Rohmerberg Sersa Group a décroché auprès des CFF et du canton de Genève un contrat pour équiper en technique ferroviaire la nouvelle ligne Ceva, qui reliera Genève à Annemasse (F). Le montant est devisé à 68 millions de francs. (Mercredi 3 août 2016)

Le consortium du numéro un suisse de l'énergie Alpiq et de Rohmerberg Sersa Group a décroché auprès des CFF et du canton de Genève un contrat pour équiper en technique ferroviaire la nouvelle ligne Ceva, qui reliera Genève à Annemasse (F). Le montant est devisé à 68 millions de francs. (Mercredi 3 août 2016)

Keystone
Le pont de l'Arve sur le chantier CEVA (Cornavin - Eaux-Vives - Annemasse) lors de la visite de presse du pont ferroviaire sur l'Arve ce vendredi 8 avril 2016 (Vendredi 8 avril 2016).

Le pont de l'Arve sur le chantier CEVA (Cornavin - Eaux-Vives - Annemasse) lors de la visite de presse du pont ferroviaire sur l'Arve ce vendredi 8 avril 2016 (Vendredi 8 avril 2016).

Keystone

«Ce sont des travaux hors normes qui ont été réalisés en quatre ans»: Antoine Da Trindade, directeur du projet du CEVA, a présenté mardi l'état d'avancement du chantier du futur RER transfrontalier. Les travaux de génie civil sont quasi terminés et la plupart des gares achevées au niveau du gros œuvre. Au total, 60% des travaux ont été réalisés. La creuse du tunnel de Champel est arrivée à mi-parcours, tandis que celle du tunnel de Pinchat est terminée aux trois quarts.

Début des travaux de second oeuvre

Le second œuvre, à savoir la réalisation des haltes et des gares, a débuté avec la pose des charpentes métalliques qui soutiendront les briques de verre imaginées par l'architecte Jean Nouvel. En raison de coûts trop élevés, ce dernier a d'ailleurs dû revoir son projet et renoncer à la pose d'une partie des briques, ce qui a permis de réaliser une économie de 30 millions. Les équipements ferroviaires seront installés dès l'automne prochain. La jonction entre les chantiers suisse et français devrait avoir lieu à la fin de l'été. La prochaine grande étape des travaux résidera dans la réalisation des issues de secours du CEVA. Deux d'entre elles, situées peu avant le Val d'Arve et à Drize, font l'objet d'oppositions. Elles sont actuellement traitées par l'Office fédéral des transports, mais elles devraient être levées rapidement, étant donné qu'elles ont trait à un aspect sécuritaire, estime Antoine Da Trindade. La gare de Lancy Pont-Rouge et la voie verte, destinée à la mobilité douce le long du tracé de la ligne ferroviaire, seront achevées et en service pour fin 2017.

Coût final estimé à 1,6 milliard

Face à la bonne avancée du chantier, la date de mise en service du CEVA est donc maintenue à décembre 2019. Le retard dû à un accident dans le tunnel de Champel en décembre 2014 a pu être comblé avec un réagencement des travaux. Le coût total du chantier est aujourd'hui estimé à 1,618 milliard de francs, soit un dépassement de 51 millions (3% de l'enveloppe finale). «Ce sont pour nous des coûts maîtrisés en regard de l'importance des travaux», a indiqué Antoine Da Trindade. Les risques ont été réduits de 40 millions pour s'élever à 145 millions. Ils résident dans la creuse des tunnels (qui, malgré une certaine expertise, reste toujours «une inconnue», selon le directeur du projet), les procédures issues de recours, les éléments de sécurité et la mise en service. Cependant, «plus les travaux vont avancer, plus les risques seront maîtrisés», a précisé Antoine Da Trindade.

Ton opinion