Actualisé 01.04.2008 à 16:07

CFF Cargo: pas de grève à Fribourg

Les employés du call center de CFF Cargo à Fribourg privilégient le dialogue.

Ils n'envisagent pas de grève mais affirment leur solidarité avec les Tessinois dans le front du refus. A Berne, la commission du Conseil des Etats a appelé à la cessation de la grève.

Mardi à Fribourg, les représentants du personnel et du Syndicat du personnel des transports (SEV) ont réaffirmé avec force leur unité de vue et leur solidarité avec les collègues tessinois. Le secrétaire central du SEV Eric Levrat a critiqué les tentatives des CFF de «diviser pour régner».

«Nous ne laisserons pas les discussions se diviser», a-t-il dit tout en reconnaissant que la culture de lutte syndicale était différente entre les cols bleus tessinois et les cols blancs du call center. Autre différence relevée: les ateliers tessinois font partie du paysage social depuis la construction du tunnel du Gothard alors que le call center de Fribourg n'a que sept ans.

Climat tendu

M. Levrat a aussi indiqué que la réunion préparatoire en vue de la table ronde sur Fribourg a bien eu lieu lundi soir. Ces discussions se sont déroulées dans un climat «extrêmement tendu». Elles n'ont abouti sur rien de concret si ce n'est la décision de tenir une nouvelle réunion préparatoire à une date encore inconnue.

«Nous avons exigé que les CFF reviennent avec des chiffres plus détaillés et précis», a dit M. Levrat. Les employés fribourgeois trouvent un peu court qu'on leur dise que les 2 millions économisés par la fermeture du call center et le transfert de personnel à Bâle sont indispensables à l'équilibre financier de l'entreprise.

Rupture de bonne foi

L'après-midi, le président du gouvernement fribourgeois Pascal Corminboeuf et le conseiller d'Etat Beat Vonlanthen ont ereinté les responsables des CFF devant le parlement cantonal. Ils les ont accusés de rupture de bonne foi et de tromperie.

Le Grand Conseil a approuvé à la quasi unanimité une résolution de soutien pour le maintien du centre fribourgeois de CFF Cargo. Elle sera transmise sans délai au Conseil fédéral. Une cinquantaine de manifestants étaient présents devant le parlement.

Appel à la négociation

A Berne, la commission des transports du Conseil des Etats a estimé que seules des négociations sans condition préalable pourraient permettre de résoudre le conflit à Bellinzone. La commission s'est entretenue lundi avec Moritz Leuenberger et le directeur général des CFF Andreas Meyer. Elle est très préoccupée, a déclaré son président Peter Bieri (PDC/ZG) devant la presse.

Et de dénoncer la grève. Celle-ci doit cesser immédiatement afin de ne pas aggraver les dégâts déjà causés à l'économie nationale et de ne pas compromettre le capital de sympathie dont bénéficient l'entreprise et ses employés.

La commission invite les parties à soutenir les travaux du médiateur Marco Solari, chargé d'évaluer la faisabilité d'une table ronde. Les autorités tessinoises sont quant à elles appelées à s'engager pour trouver immédiatement une solution au conflit social plutôt qu'à donner de la voix en tête des manifestations, a ajouté M. Bieri.

Rencontre avec le comité de grève jeudi

Le comité de grève des ateliers de Bellinzone rencontrera jeudi Marco Solari. Mais les grévistes continuent à exiger des «garanties minimales» avant de s'asseoir autour d'une table ronde. Mardi, lors de l'assemblée du personnel, il n'a toutefois pas été précisé quel genre de conditions doivent être remplies.

Le comité de grève s'est cependant dit prêt à reprendre le dialogue avec Andreas Meyer. L'occasion pourrait lui en être donnée mercredi matin à Zurich où une délégation de 300 grévistes a décidé de se rendre pour participer à la présentation du bilan annuel des CFF à la presse. Le retour à Bellinzone est prévu dans l'après-midi déjà pour la manifestation populaire qui se déroulera dans le chef-lieu tessinois.

Quant à Marco Solari, il n'a voulu faire aucune déclaration sur son mandat. «Je dois aller très, très, très vite», s'est-il borné à indiquer à l'ATS. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!