Actualisé 23.04.2008 à 12:47

CFF Cargo: pétition pour le maintien des emplois aux ateliers de Bienne

Plus de 1000 personnes ont signé en dix jours une pétition en faveur du maintien des emplois aux ateliers industriels de Bienne.

Des représentants du Syndicat du personnel des transports (SEV) ont remis le texte mercredi au siège des CFF à Berne.

Les plans de restructuration de CFF Cargo, entre-temps stoppés, prévoyaient la suppression de l'entretien du matériel roulant à Bienne, a rappelé le SEV dans un communiqué. Selon le syndicat, une telle mesure n'est pas justifiable économiquement parlant, ni acceptable sur le plan humain.

La pétition demande le maintien du site industriel de CFF Cargo à Bienne pour les wagons-citerne et l'assainissement du bruit. Elle réclame également la création d'un centre de compétences pour le développement et la maintenance des wagons-citerne transportant des substances dangereuses et des denrées de consommation.

Dans les chiffres rouges, CFF Cargo avait annoncé début mars la suppression de 401 emplois à Bellinzone, Bâle, Fribourg et Bienne. Seuls à se mettre immédiatement en grève, les 430 employés des ateliers de Bellinzone ont cessé le travail durant plus d'un mois jusqu'à ce que les CFF retirent leur plan. Une table ronde initiée par Moritz Leuenberger doit réunir les parties le 2 mai pour des négociations concernant l'avenir du site tessinois.

Rôle actif du Conseil d'Etat

Le gouvernement tessinois veut y jouer un rôle actif et compte y exiger des chiffres de la part des CFF, a déclaré sur les ondes de la Radio de la Suisse italienne (RSI) son président Marco Borradori. Le gouvernement n'arrive pas à comprendre pourquoi le maintien du site de Bellinzone nécessite 55 millions de francs. M. Borradori participera à la table ronde avec la directrice des finances tessinoises Laura Sadis.

La commission des transports du National a pour sa part été informée mercredi de l'évolution concernant CFF Cargo. La réunion n'a pas apporté grand chose, la direction des CFF étant absente en raison d'une séance du conseil d'administration, a indiqué le président de la commission Andreas Hämmerle.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!