Etat d'urgence: Chaîne de TV aux Maldives réduite au silence
Actualisé

Etat d'urgenceChaîne de TV aux Maldives réduite au silence

Le président des Maldives Abdulla Yameen a décrété l'état d'urgence, dans un contexte de fortes tensions politiques. Une chaîne de TV privée a l'interdiction d'émettre.

Des policiers dans les rues de Malé, capitale des Maldives, le 24 octobre 2015.

Des policiers dans les rues de Malé, capitale des Maldives, le 24 octobre 2015.

La police a débarqué vendredi dans une chaîne de télévision privée aux Maldives, au sujet d'une vidéo contenant des menaces à l'encontre du président qui vient de placer son pays en état d'urgence. Les programmes n'ont pas repris.

Abdulla Yameen a décrété mercredi l'état d'urgence, dans un contexte de fortes tensions politiques et en amont d'une manifestation antigouvernementale.

Les policiers ont débarqué avant l'aube pour empêcher Sangu TV de diffuser. Ils ont perquisitionné ses studios dans la capitale Malé, retirant les disques durs des ordinateurs, a affirmé à la presse Ibrahim Waheed, directeur de la chaîne. «La chaîne est complètement à l'arrêt», a-t-il déclaré.

La police accuse Sangu TV d'avoir téléchargé une vidéo diffusée sur internet qui montre trois hommes masqués menaçant de mort le président des Maldives sur fond de drapeau du groupe Etat islamique (EI).

Les autorités avaient affirmé que cette vidéo était un faux mais s'inquiètent de la radicalisation d'une partie de sa jeunesse. Les médias locaux affirment que des dizaines de candidats au djihad ont voyagé en Syrie et en Irak pour combattre dans les rangs de l'EI. Au moins cinq d'entre eux sont déjà morts.

Le principal parti d'opposition, le Parti démocratique des Maldives (MDP), a indiqué avoir renoncé à la manifestation antigouvernementale initialement prévue vendredi. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion