Actualisé 22.02.2011 à 13:54

FC SionChallandes remplacé par Roussey

L'entraîneur du FC Sion Bernard Challandes a été débarqué mardi. Son successeur a pour nom Laurent Roussey.

De gauche à droite, Laurent Roussey et Bernard Challandes.

De gauche à droite, Laurent Roussey et Bernard Challandes.

hristian Constantin a une fois de plus tranché dans le vif. Le président du FC Sion a renvoyé Bernard Challandes et a confié la barre de l'équipe valaisanne au Français Laurent Roussey, qui avait déjà officié à Tourbillon lors de la saison 2001/02 et qui a signé jusqu'en juin prochain.

Battu dimanche à Bâle (1-0) alors qu'il était mis sous pression par son président, Bernard Challandes ne terminera donc pas la saison en Valais, où il avait été nommé l'été dernier seulement. Le Neuchâtelois paie les récents résultats de sa formation, dont le rendement est jugé insuffisant par Christian Constantin (5 défaites sur les 8 derniers matches d'Axpo Super League), lequel n'apprécie pas non plus «la résignation» qu'affiche actuellement l'équipe.

Alors qu'il pouvait encore nourrir un mince espoir de se mêler à la course pour le titre avant la reprise, Sion a vite déchanté en subissant deux défaites (à Neuchâtel et à Bâle) entrecoupées d'un succès à domicile face à Bellinzone. Au classement, les Sédunois (5es) accusent un retard insurmontable de 11 points sur le leader rhénan et ont surtout perdu leur place européenne, relégués à quatre et deux longueurs de Lucerne et Young Boys.

Un titre et des échecs

Personnage marquant du football suisse des deux dernières décennies, Bernard Challandes n'a pourtant que rarement connu le succès en club, hormis le titre de champion obtenu à la tête du FC Zurich en 2008/09. Aux commandes de La Chaux-de-Fonds lors des deux dernières saisons du club de la Charrière en LNA (1985-87), il s'est fait un nom à Yverdon, que le Neuchâtelois a promu en LNB en 1988 puis en LNA en 1993.

La suite a été bien moins rose pour Challandes, remercié par les Young Boys sans pouvoir terminer la saison (1994/95) et connaissant le même sort lors de son passage à Servette (avril 1995 - octobre 1995). Un échec qui l'a poussé vers la formation et onze années de travail à l'ASF avec, comme fait de gloire, la demi-finale de l'Euro M21 en 2002. Reste à savoir désormais si le Neuchâtelois de bientôt 60 ans pourra encore rebondir.

La Coupe comme objectif

Son successeur, Laurent Roussey (49 ans), avait déjà dirigé le FC Sion, alors sous la présidence du Camerounais Gilbert Kadji. Le Français avait succédé avant la reprise du championnat à son compatriote Henri Stambouli mais avait quitté la Suisse au terme de l'exercice (remplacé par Jean-Claude Richard) pour devenir l'assistant de Claude Puel à Lille .

Il a ensuite entraîné St-Etienne en 2007/08, qualifiant les Verts pour la Coupe d'Europe après 26 ans d'absence, avant d'être remplacé en novembre 2008 par Alain Perrin quand l'ASSE végétait à la 18e place de Ligue 1 (9 défaites en 13 journées, pire début de l'histoire du club en D1). A Sion, il sera le 21e entraîneur des deux présidences de Christian Constantin (en comptant le boss lui-même...).

La mission de l'ancien avant-centre international français (2 sélections), champion avec St-Etienne en 1981, est claire: permettre au club de remporter une 12e Coupe de Suisse et essayer de terminer dans le top 4 de Super League. Les Valaisans défieront en quart de finale Grasshopper, mercredi prochain au Letzigrund, soit quatre jours après le premier match de Roussey, à domicile contre... Grasshopper. (si)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!