Actualisé 01.11.2013 à 13:52

Zurich

Champ OGM saccagé: quatre Romands acquittés

Le Tribunal de district de Zurich n'a pas suivi le Ministère public, qui avait réclamé 12 mois de prison avec sursis, assortis d'une amende.

La création de champs OGM génère des vagues de protestation dans le monde entier.

La création de champs OGM génère des vagues de protestation dans le monde entier.

Quatre Romands accusés d'avoir saccagé un champ de blé génétiquement modifié sur le site d'Agroscope Zurich-Reckenholz en 2008 ont été acquittés jeudi par la justice zurichoise. Aucune preuve de leur présence sur le champ d'essais de l'institut au moment des faits n'a pu être établie.

Douze mois réclamés

Le Tribunal de district de Zurich n'a pas suivi le Ministère public. Ce dernier avait réclamé 12 mois de prison avec sursis, assortis d'une amende, pour déprédation qualifiée, violences, menace et contrainte. La Cour a donné raison à la défense qui avait exigé l'acquittement des prévenus - trois femmes et un homme - par manque de preuves.

Le seul indice concret concerne des traces d'ADN de l'une des accusées, découvertes sur un gant en latex retrouvé à proximité des cultures anéanties. Les prévenus ont refusé de parler durant le procès.

Chaussures mouillées

Les faits remontent à la mi-juin 2008. Une trentaine d'inconnus pénètrent sur le site de l'Institut de recherche Agroscope de Zurich-Reckenholz. Masqués et équipés de faucilles, ils menacent deux employés de les frapper s'ils les empêchent d'accéder au champ de blé à ciel ouvert.

Ils forcent alors le portail grillagé donnant accès au champ ainsi que les huit accès de secours. Puis, en quelques minutes, ils piétinent ou coupent des pousses de blé avec l'aide d'une trentaine de personnes. Les dégâts se comptent en millions de francs.

Peu après, la police municipale de Zurich arrête plusieurs personnes âgées de 29 à 39 ans non loin du champ saccagé. Leurs chaussures sont mouillées. Le Ministère a finalement inculpé quatre des suspects: les quatre prévenus acquittés jeudi. Ces derniers recevront 1600 francs d'indemnisation pour leur séjour d'une semaine en détention préventive.

Action contre le PNR 59

L'action de la trentaine de militants visait des essais de résistance d'un blé OGM. Menés par l'Université et l'EPF Zurich sur une surface de 2000 m2, les tests devaient permettre d'étudier la qualité de ce blé et ses effets sur l'environnement dans le cadre du programme national de recherche PNR 59 «Utilités et risques de la dissémination des plantes génétiquement modifiées».

Douze organisations de défense de l'environnement, des consommateurs et des paysans - dont Greenpeace et Bio Suisse - avaient fait recours contre l'autorisation donnée aux essais, accordée par le Département fédéral de l'environnement (DETEC). Elles n'avaient toutefois pas réussi à bloquer le projet, leur recours n'ayant pas eu d'effet suspensif.

D'autres oppositions ont retardé des essais du même type à Pully (VD) grâce à un effet suspensif obtenu auprès du Tribunal administratif fédéral. Prévus en même temps que les tests zurichois, ces derniers n'ont finalement pu avoir lieu qu'en 2009 après le rejet d'un recours déposé par des riverains. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!