Crise de foie ou économique?: Champagne et saumon malgré la crise
Actualisé

Crise de foie ou économique?Champagne et saumon malgré la crise

Les Suisses tiennent aux petits luxes gastronomiques de fin d'année.

Vins effervescents, saumon et autres raffinements culinaires sont autant demandés que l'an dernier, selon un tour d'horizon de l'agence AP. Le champagne a toujours la cote, mais les grandes marques chères sont un peu moins prisées.

«On boit toujours du champagne et on mange encore du saumon», sourit le porte-parole de Coop, Karl Weisskopf. Les résultats détaillés des ventes de Noël dans l'alimentation et les boissons ne sont pas encore connus, mais les grands distributeurs se montrent satisfaits.

Chez Coop, tout au plus remarque-t-on une demande un peu plus faible de champagnes de marque. Il faut dire que les prix ont augmenté ces dernières années. Une bouteille de Veuve Cliquot Ponsardin en action, par exemple, coûtait 36.90 francs en 2003 et 40,90 francs en 2007. Elle est vendue 46.90 francs cette année. Les ventes de champagnes et vins effervescents à prix plus modérés, en revanche, marchent très bien, malgré des tarifs qui ont aussi pris l'ascenseur. Les produits bio et ceux de la gamme «nourriture fine» partent bien également.

Même son de cloche chez Migros, où l'on est content des ventes des fêtes jusqu'ici. Les terrines et la viande pour fondue chinoise ont été particulièrement demandées. «Nous tablons sur un bon chiffre d'affaires», se réjouit Monika Weibel, porte-parole de Migros.

Denner, détenu à 70% par Migros, n'est pas en reste. «Ca marche très bien», selon sa porte-parole Anita Daeppen. Cela vaut pour le champagne, mais plus encore pour le saumon, dont les ventes ont dépassé celles de l'an dernier.

Globus, a également connu des ventes de Noël comparables au niveau record de l'an dernier. Caviar, saumon et champagne ont fait tinter le tiroir-caisse.

«Nous n'avons pas constaté de chute des ventes», déclare aussi Madeleine Elmer, porte-parole des magasins bernois Loeb. Les chiffres d'affaires dans l'alimentation sont du même ordre que l'an dernier, qui avait été un bon «millésime».

Bulles

Les chiffres des importations de novembre de l'Administration fédérale des douanes (AFD), cependant, semblent illustrer une nouvelle tendance: on achète autant, voire davantage de vins pétillants, mais meilleur marché. Dans ce contexte la production française cède un peu de terrain au profit de l'Italie et de l'Espagne.

Avec 1,21 million de litres livrés en Suisse, la France se taille encore la part du lion, mais elle a connu un recul de 3%. En novembre, 3,075 millions de litres de vins effervescents ont été importés, soit près de 12% de plus que l'an dernier. Mais la valeur globale a reculé de 3,5% à 40,43 millions de francs. (ap)

Foies gras, caviar

Foies gras et caviar devraient se faire plus rares sur les tables helvétiques durant les Fêtes. Les derniers chiffres de l'Administration fédérale des douanes montrent en tout cas un net recul des importations.

En novembre, la Suisse a importé 1.572 kilos de foie gras, soit 2.202 kilos ou 58% de moins que l'an dernier à la même époque. La grande majorité provient de France.

La même tendance se dessine pour le caviar et ses substituts. Les livraisons ont reculé de plus de 4,5 tonnes (-45%) à 5.655 kilos. Comme dans le même temps les prix ont baissé, le recul de valeur est encore plus important. Il atteint près de deux tiers pour le caviar et le foie gras en un an.

Champagne et cuillère en argent

Contrairement à certaines idées reçues, le champagne peut parfaitement se conserver quelques années. A condition toutefois d'entreposer les bouteilles dans un endroit frais et à l'abri de la lumière. Une fois les flacons ouverts, en revanche, mieux vaut ne pas trop tarder à boire le précieux liquide. Le champagne sans son pétillement manque en effet singulièrement de charme. Et l'idée répandue selon laquelle glisser une cuillère en argent dans le goulot permet de conserver les bulles quelques jours relève du mythe. Un bouchon spécial sera plus efficace pour retarder l'inéluctable.

Ton opinion