04.11.2020 à 11:23

Présidentielle américaineChappatte: «les années Trump n’étaient pas un accident»

Pour le dessinateur de presse bien connu, les USA connaissent une «deuxième vague». Comme pour le Covid, on se rend compte que c’est là pour durer», estime-t-il.

Chappatte suit les élections américaines en dessinant ce que les Etats-Unis vont se choisir comme avenir (archives).

Chappatte suit les élections américaines en dessinant ce que les Etats-Unis vont se choisir comme avenir (archives).

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

La déferlante bleue attendue par les démocrates et les supporters de Joe Biden n’a pas eu lieu. Même si les résultats ne sont pas encore connus, les années Trump n’étaient finalement pas simplemenent un accident pour le dessinateur de presse Patrick Chappatte.

«La situation à ce stade est assez effarante. La seule manière de clarifier les choses aurait été un vote décisif, dynamique et très, très net en faveur de Joe Biden: ce n’est pas le cas», lâche Chappatte à Keystone-ATS mercredi matin.

Les années Trump n’étaient pas juste une parenthèse. «C’est la deuxième vague. Comme pour le Covid, on se rend compte que c’est là pour durer», lance-t-il.

Cette analyse vaut même si les jeux ne sont pas faits et que Joe Biden peut encore gagner, selon lui. «Le signal est déjà suffisamment fort. Je suis convaincu que cela va être très, très compliqué, qu’il va y avoir du désordre avec Trump qui se déclare déjà vainqueur».

Joe Biden: «une pub vintage»

Pour Chappatte, le système d’alternance au pouvoir aux Etats-Unis n’est pas un problème en soi. «On a connu des moments de bienséance politique et de politesse, où un camp laissait la place à l’autre avec fairplay. Et Joe Biden essaie d’incarner cela, mais on est en train de voir que c’était peut-être un mirage, une pub vintage.»

Un des premiers sondages sur CNN mercredi vers 01h00 du matin, qui portait sur les valeurs et pas encore sur les noms, a déstabilisé Chappatte. La première chose qui ressortait dans la préoccupation des gens, «c›était qu’ils recherchaient un ‹homme fort’ pour plus de 30% d'entre eux.»

Société de plus en plus divisée

A l’issue de ce scrutin, le dessinateur genevois craint une société américaine de plus en plus divisée: «on sera de moins en moins sur un terrain commun. Or c’est le seul moyen d’avoir des conversations, y compris à travers la satire politique.»

Car même l’humour subit ce changement d’ère aux Etats-Unis. «On donne des étiquettes aux dessinateurs, de gauche ou de droite. Quelles que soient nos convictions, on pourrait tout de même avoir un regard critique: on n’en est plus là. On n’envisage même plus l’idée que le dessin puisse être un lieu où l’on peut rire de notre condition humaine simplement.»

Chappatte va publier ses dessins sur l’élection américaine dans les colonnes ou sur les sites du Boston Globe aux Etats-Unis et du Spiegel en Allemagne. En attendant les résultats, il fait de petites esquisses live qu’il met sur ses réseaux et qu’il envoie au Temps. «Je suis comme vous, j’essaie de voir ce qui se passe et de faire sens, ce qui devient compliqué», affirme-t-il, avant de conclure avec un «courage».

(ATS/NXp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
90 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Beyroute

05.11.2020 à 16:53

Chapatte aime d'abord son argent à lui. Y'a pas plus bobo que ce mec.

Sabdy Parish

05.11.2020 à 13:41

On vote aussi pour d autres nouveautés dans certains états et c est pas triste les sujets exclavagisme pour certains délinquents , modification d un drapeaux d un état ou autres sujets !

Ange 0 et Démon 1

05.11.2020 à 11:34

Et bien prend le colis et moi je prend Trump