Nettoyage de printemps : Chasse aux déchets laissés par les skieurs indélicats
Actualisé

Nettoyage de printemps Chasse aux déchets laissés par les skieurs indélicats

Les opérations de ramassage de déchets existent depuis plusieurs années dans les stations de montagne. L'année 2019 n'y coupe pas.

Les bénévoles récoltent de tout en arpentant les sites: mégots, mouchoirs, canettes, bouteilles en PET... Et même plus...

Une fois la neige fondue, mégots, mouchoirs et autres canettes enlaidissent les domaines skiables. La fondation Summit Foundation a lancé en 2019 le «Clean Up Tour» qui soutient des journées de nettoyage dans plusieurs stations, dont Champoussin (VS).

Les opérations de ramassage de déchets existent depuis plusieurs années dans les stations de montagne. Elles sont organisées par des offices du tourisme, des sociétés de remontées mécaniques ou encore des associations sportives ou de protection de l'environnement.

Avec son projet «Clean Up Tour», Summit Foundation ambitionne de rassembler des actions de nettoyage dans toute la Suisse et d'en augmenter la visibilité et l'impact. Cette année, une vingtaine de partenaires jouent le jeu, dont l'association sportive Ski Valais qui accueillait samedi à Champoussin (VS) une centaine de bénévoles pour récolter des déchets sur un secteur du domaine skiable.

Prestations gratuites

Riche d'une quinzaine d'années d'expérience dans les opérations limitant l'impact environnemental des activités humaines, Summit Foundation met à disposition gratuitement conseils et matériel. «Nous fournissons des sacs de tris, des gants, des dynamomètres pour peser la quantité de déchets récoltés, mais aussi du matériel de communication», détaille à Keystone-ATS Flavien Dérupaz, responsable du projet.

De son côté, le partenaire chouchoute les bénévoles: cafés, croissants et repas de midi offerts. Samedi, des volontaires étaient aussi à pied d'oeuvre à Zinal, Grächen, Nendaz (VS) ou encore à Gryon (VD). Hasliberg (BE) espère en accueillir beaucoup le 29 juin et Airolo (TI) le 31 août.

«Notre but est de donner les mêmes possibilités d'agir et la même visibilité à toutes les stations, y compris les plus petites», souligne Flavien Dérupaz.

Bâtons et bouteilles

Les bénévoles récoltent de tout en arpentant les sites: mégots, mouchoirs, canettes, bouteilles en PET... Mais aussi bâtons de ski, téléphones portables ou porte-monnaie égarés par leurs propriétaires.

Difficile de chiffrer la quantité de déchets récoltés en une journée, tant elle varie en fonction du site et du type d'objets. «En deux heures, une personne peut ramasser 5 kg de déchets environ. Mais il s'agit d'une moyenne», prévient Flavien Dérupaz. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion