Grabuge à Zurich  – Chassé-croisé entre opposants aux mesures et contre-manifestants 

Publié

Grabuge à Zurich Chassé-croisé entre opposants aux mesures et contre-manifestants 

Deux manifestations non autorisées ont mobilisé samedi les forces de l’ordre zurichoises, qui ont dû faire usage de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc pour disperser la foule.  

Des centaines d’opposants aux mesures anti-Covid ont défilé samedi à Zurich, conspués par des milliers de contre-manifestants qui les ont traités de «nazis», ont rapporté les médias.

La police a indiqué également avoir interpellé un «groupe important et potentiellement violent» de personnes appartenant à la mouvance d’extrême droite.

La police a indiqué également avoir interpellé un «groupe important et potentiellement violent» de personnes appartenant à la mouvance d’extrême droite.

20min/Marco Zangger

Balles en caoutchouc

Aucune des deux manifestations n’avait été autorisée et la police a fait usage de gaz lacrymogènes, de canons à eau, tiré des balles en caoutchouc pour disperser la foule et procédé à des arrestations, selon des images vidéo.

Les manifestants hostiles aux restrictions sanitaires avaient initialement prévu de se rassembler à la gare, ce qui a incité de nombreux contre-manifestants de gauche à se regrouper à proximité.

Finalement les protestataires opposés aux mesures anti-Covid ont déplacé leur manifestation dans un autre quartier, ce qui n’a pas empêché les contre-manifestants de défiler en scandant: «Gardons Zurich sans nazis».

Plusieurs milliers de manifestants 

La police n’a pas fourni d’estimations du nombre de participants. L’agence ATS a évalué à plusieurs milliers le nombre de contre-manifestants.

Ces derniers ont parcouru la ville par différents itinéraires, perturbant la circulation et se heurtant à la police.

«Certains participants à la manifestation non autorisée ont tenté de percer les barrages de police, raison pour laquelle des canons à eaux, des balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes ont été utilisés», a indiqué dans un tweet la police de Zurich.

Membres d’extrême droite 

«Les services d’urgence ont parfois été sérieusement harcelés et ont dû recourir aux ressources de la police», selon cette dernière.

La police a indiqué également avoir interpellé dans la vieille ville de Zurich un «groupe important et potentiellement violent» de personnes appartenant à la mouvance d’extrême droite.

(AFP)

Ton opinion

95 commentaires