Actualisé

JuraChasseurs privés de lièvre durant 4 ans

Les lièvres bruns jurassiens n'auront plus à craindre le fusil du chasseur durant quatre ans.

Le gouvernement cantonal a en effet décidé d'un moratoire de cette durée sur la chasse à ce quadrupède. Il entend ainsi mettre en place un plan de sauvetage de cette espèce, ont annoncé mercredi les autorités cantonales.

Le lièvre brun a vu ses populations fortement diminuer en Suisse depuis les années 1960, un phénomène également observé dans le Jura. Les recensements effectués chaque printemps indiquent des densités de l'ordre de deux à trois individus au kilomètre carré. Le déclin des populations de lièvres est dû à des causes très diverses. Elles vont de l'intensification à la mécanisation des pratiques agricoles, du morcellement de l'habitat par le réseau routier à la prédation par le renard et les corneilles ainsi que, localement, du braconnage.

Le plan d'action du Jura se focalisera principalement sur les moyens de préserver l'habitat du lièvre, sur la réduction des prédateurs ainsi que sur la lutte contre le braconnage.

Le gouvernement a également introduit un émolument supplémentaire de 50 francs sur la patente de base afin de compenser l'augmentation des dommages causés par la faune sauvage. Le fonds idoine est en effet largement déficitaire suite aux forts dégâts causés par les sangliers. Ses effectifs sont depuis plus de deux ans à nouveau très importants après quelques années de baisse. Cette hausse n'est pas propre au canton du Jura mais concerne l'ensemble de l'Arc jurassien franco-suisse.

L'augmentation des effectifs de sangliers a provoqué une forte recrudescence des dommages aux cultures. En 2008 et 2009, les indemnités versées aux agriculteurs jurassiens ont atteint 206.800 et 217.500 francs, contre «seulement» 66.000 en 2007. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!