Lausanne: Chauffeur de taxi agressé: «Ils ont détruit ma vie»
Actualisé

LausanneChauffeur de taxi agressé: «Ils ont détruit ma vie»

Le procureur a finalement renoncé à faire condamner Milo, le taximan qui s'était défendu contre deux malfrats qui s'en étaient pris à lui en 2013. Il a été blanchi lundi.

par
Christian Humbert
Milo, 66 ans, est ressorti blanchi du Tribunal de Montbenon, à Lausanne.

Milo, 66 ans, est ressorti blanchi du Tribunal de Montbenon, à Lausanne.

«Ils ont détruit ma vie. Je ne comprends pas. Je n'ai rien fait.» Milo, un retraité de 66 ans ajoutant un petit revenu de chauffeur de taxi à mi-temps à sa rente AVS, s'est retrouvé sur le banc d'infamie du tribunal correctionnel de Lausanne. Sa faute: avoir frappé l'un des deux agresseurs qui l'avaient attaqué pour le voler en janvier 2013.

Tandis qu'il attend son avocate devant le tribunal, Milo se confie. «Je n'ai pas l'impression de l'avoir blessé. Il est déjà venu ensanglanté dans mon taxi. Sa capuche recouvrait son visage. Il a aussi pu être blessé plus tard car un autre chauffeur de taxi a été attaqué la même nuit.» Selon le retraité Bosnien, endetté après son divorce, rouler de nuit n'est pas de tout repos. «C'est un métier de plus en plus dangereux. Si un autre chauffeur n'était pas intervenu, ils m'auraient massacré.»

Cette nuit-là, deux toxicomanes étaient venus de La Chaux-de-Fonds (NE) munis d'une masse de 1,7 kg. Leur intention: voler pour se procurer de la dope. Et pas des petites quantités: l'un d'entre eux avait consommé 1,2 kg de cocaïne et 600 gr d'héroïne en quelques mois. Les aides sociales ne suffisant pas, les deux compères volent et trafiquent. Leur casier est long comme le bras.

C'est à eux que le procureur et le tribunal s'en sont finalement pris: ils écopent de 3 ans de prison -- avec 18 mois de sursis pendant cinq ans -- pour l'un et de 5 ans ferme pour l'autre, notamment pour brigandage. Ils devront payer 27'600 francs de frais quand ils le pourront.

Quant au chauffeur de taxi attaqué, prévenu de lésions corporelles graves pour avoir saisi le maillet et frappé à la tête l'un de ses assaillants, il est libéré de toute peine. «Lâchement attaqué, il a agi sous une forte émotion, a noté lundi le président du tribunal. Son geste est excusable.» Le procureur avait fini par abandonner aussi toute accusation.

Ton opinion