Actualisé 11.04.2011 à 18:52

Bus lausannoisChauffeur trop remuant sur un siège éjectable

Un conducteur de bus risque de perdre son boulot. Syndicaliste, il serait allé trop loin dans des correspondances privées.

L'employé menacé indique une lettre d'avertissement de son employeur.

L'employé menacé indique une lettre d'avertissement de son employeur.

«Une pression croissante des Transports publics lausannois (TL) sur ses employés syndiqués.» C'est ainsi que Johann Pain, conducteur de bus et figure de l'extrême-gauche du cru, explique les tourments de son collègue Aïssam Echchorfi.

Menacé de perdre son job

Chauffeur depuis 2005, ce délégué syndical a reçu, fin 2010, un avertissement avec menace de licenciement des TL. Et ce, quatre jours après avoir appris qu'il ne serait pas augmenté, comme son ancienneté dans la boîte le permettait. Son tort? Avoir, en 2010, écrit des appels à la mobilisation via SMS, courriel ou Facebook. Adepte des envolées lyriques et anticapitalistes, le délégué syndical a aussi utilisé les termes «sans tripes» et «peureux» au sujet de collègues jugés trop mous dans la défense de leur droit.

Une collecte illicite de données privées

Son avocat, Jean-Michel Dolivo juge la collecte de ces «données privées» illicite et en demande le retrait du dossier de son client. Une procédure est engagée aux prud'hommes.

Du côté des TL, on confirme l'existence d'une bisbille. Des documents précisent que le remuant syndicaliste avait déjà reçu un avertissement en 2008.

Des collègues auraient «balancé»

Ce seraient des collègues, agacés, qui ont «balancé» sa prose enflammée à sa hiérarchie. Est-ce qu'un employeur peut joindre des SMS, un courriel et des propos tenus sur Facebook dans le dossier d'un travailleur menacé de licenciement? «C'est une question d'appréciation, très difficile à trancher», concède le préposé vaudois à la protection des données. Sans s'exprimer sur le cas précis, il note que les documents de ce genre ne sont pas par nature privés ou publics. «Cela dépend si 1, 10 ou 400 personnes sont censés les lire.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!