Actualisé 27.10.2009 à 21:05

CaracasChavez accuse Bogota de complot et d'espionnage

Les meurtres de huit Colombiens au Venezuela aggravent les relations déjà orageuses entre les deux pays.

von
afp/and

Dix hommes, huit Colombiens, un Vénézuélien et un Péruvien, enlevés le 11 octobre au Venezuela, ont été retrouvés samedi, attachés et tués d'une balle dans la tête, dans l'Etat de Tachira, frontalier avec la Colombie. Les victimes faisaient partie d'un groupe de douze personnes enlevées, alors qu'elles jouaient au football, par des hommes armés dans la localité d'El Chururu.

Le seul survivant, Manuel Cortez, 18 ans, a été transféré dans un hôpital militaire sous très haute sécurité. Cortez a pu raconter que lui et ses coéquipiers ont été enchaînés par la nuque à des arbres, où ils ont été laissés deux semaines avant d'être finalement abattus. Il a affirmé en outre que les auteurs du massacre seraient des membres du groupe de rebelles colombiens Ejercito de Liberacion Nacional (ELN).

Lundi, le gouvernement vénézuélien a refusé l'accès à son territoire à un avion officiel colombien qui venait chercher les corps des huit Colombiens. Caracas a ensuite dénoncé la «présence réitérée» sur son territoire de fonctionnaires des services secrets colombiens, «repérés en train de se livrer à des travaux d'espionnage». Le gouvernement du président Chavez affirme que ces opérations sont destinées à préparer un «grand complot censé déstabiliser le Venezuela».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!