Suisse - votations: Chefs financiers inquiets après le 9 février
Actualisé

Suisse - votationsChefs financiers inquiets après le 9 février

Plus de 80% des responsables financiers des entreprises suisses interrogés craignent les répercussions de la votation du 9 février sur l'immigration de masse.

L'initiative UDC pose des problèmes aux milieux économiques suisses.

L'initiative UDC pose des problèmes aux milieux économiques suisses.

Une grande majorité des chefs financiers des entreprises suisses s'inquiètent de l'application de l'initiative contre l'immigration de masse. Selon un sondage, ces cadres craignent les conséquences du texte pour la place industrielle suisse.

Ainsi, 88% des 111 chefs financiers interrogés par Deloitte s'attendent à des conséquences négatives pour la Suisse, a indiqué jeudi le cabinet d'audit et de conseil. Seuls 6% sont optimistes.

Un peu plus de deux tiers des sondés (69%) craignent les effets négatifs du texte sur leur entreprise. 29% ne s'attendent, en revanche, à aucune suite.

Les responsables financiers estiment qu'ils auront de la peine à recruter du personnel et redoutent de se voir limiter l'accès aux marchés européens, a expliqué à l'ats Michael Grampp, chef économiste de Deloitte. Les inquiétudes sur l'embauche ne valent pas que pour les travailleurs spécialisés, mais pour toutes les catégories d'employés, a-t-il ajouté.

Craintes sur les accords bilatéraux

Le pire scénario, selon les sondés, serait de résilier les accords bilatéraux avec l'Union européenne. Les entreprises tournées essentiellement vers l'exportation sont les plus soucieuses.

Bien que la plupart des personnes interrogées soient pessimistes, la panique n'est pas de mise, a relevé M. Grampp. Sur les 111 entreprises sondées quelques semaines après la votation, seule une examine la possibilité de délocaliser.

Les chefs financiers se préparent néanmoins à l'application de l'initiative. 21% envisagent de recruter un maximum de personnes spécialisées avant une éventuelle résiliation de l'accord sur la libre circulation des personnes. 35% se préparent à l'introduction des contingents. (ats)

Ton opinion