Angleterre: Chelsea a choisi son nouveau manager
Actualisé

AngleterreChelsea a choisi son nouveau manager

Le Néerlandais Guus Hiddink (62 ans) a été nommé manager de Chelsea jusqu'à la fin de la saison.

Il cumulera cette fonction avec son poste actuel de sélectionneur de la Russie, ont annoncé le club londonien anglais et l'intéressé.

«Il n'y aura aucun dommage pour la sélection russe», a assuré le Néerlandais, qui pourrait cet été faire place à Londres à son compatriote Frank Rijkaard ou à l'Italien Carlo Ancelotti. D'ici là, mener de front les deux postes ne devrait pas poser de problème insurmontable: la Russie n'a que deux matches de qualification pour la Coupe du monde 2010 prévus, face à l'Azerbaïdjan et le Liechtenstein. Le Néerlandais s'est déjà retrouvé dans une position similaire avec l'Australie et le PSV Eindhoven en 2005/06.

Le patron d'Hiddink à Chelsea, Roman Abramovitch, est aussi un des soutiens financiers de la fédération russe, ce qui est sans doute pour beaucoup dans la vitesse à laquelle est intervenue sa nomination, deux jours après le limogeage du Brésilien Luiz Felipe Scolari.

En terrain miné

A Chelsea, dont il devrait rencontrer les joueurs avant le match de Coupe d'Angleterre à Watford samedi, Hiddink arrive toutefois en terrain miné. Le vestiaire est divisé. «Scolari est un bon entraîneur et il aurait fallu lui donner plus de temps», a regretté le Brésilo-Portugais Deco. Le capitaine John Terry a regretté le limogeage du «grand homme» qu'est selon lui Scolari, survenu «à cause d'un certain nombre d'entre nous».

Une allusion à peine voilée à Didier Drogba, Michael Ballack et Petr Cech, trois joueurs dont la forme n'est pas optimale, et qui auraient réclamé la semaine passée la tête de Scolari à Abramovitch. Malgré cette atmosphère délétère, Hiddink va vite devoir trouver des solutions.

Un calendrier éprouvant

Son premier match de championnat d'Angleterre, le 21 février, sera un déplacement à Aston Villa. Une défaite mettrait les Blues à cinq points de cet adversaire direct pour la qualification en Ligue des champions (une absence de cette compétition serait catastrophique), et potentiellement à 13 du leader Manchester United...

Le mercredi suivant, Chelsea recevra la Juventus en 8e de finale de la Ligue des Champions, une priorité d'Abramovitch. De l'avis du milieu du club italien, Vincenzo Iaquinta, il y aura un effet Hiddink: «Il va se passer quelque chose. Si vous regardez le passé d'Hiddink, vous verrez qu'il a réussi partout où il est passé.»

L'ombre de Mourinho

Le Néerlandais a réussi des miracles: il a amené la Corée du Sud en demi-finale de la Coupe du monde 2002. Avec le PSV Eindoven, il a tout gagné aux Pays-Bas et s'est illustré en Europe. Mais jusqu'à présent, ses expériences d'entraîneur de clubs étrangers, à Valence, au Real Madrid, à Fenerbahçe, se sont soldées par des échecs.

Si cette série devait se poursuivre à Chelsea, les paroles de défi qu'auraient prononcées Jose Mourinho au moment de son limogeage en septembre 2007, reviendront hanter Abramovitch: «On va voir qui vous trouverez pour faire un meilleur travail que moi.» (ats)

Ton opinion