Royaume-Uni: «Cherche-moi sur Google, lis de quoi je suis capable»
Actualisé

Royaume-Uni«Cherche-moi sur Google, lis de quoi je suis capable»

Un Britannique a été reconnu coupable du viol d'une étudiante, survenu en 2013 à Canterbury. L'homme s'était vanté d'avoir un meurtrier comme frère aîné.

par
joc
L'homme a déjà 15 années de crimes en tous genres derrière lui.

L'homme a déjà 15 années de crimes en tous genres derrière lui.

Floyd Clifton, 29 ans, a été reconnu coupable de viol par la cour de la Couronne de Canterbury. Il connaîtra la sentence au mois d'octobre. Les faits remontent à 2013. Clifton passe la soirée dans un pub à harceler un groupe d'étudiantes, qu'il suit jusque dans le taxi qui devait les ramener jusqu'à leur appartement. Une fois arrivé à destination, le Britannique s'introduit chez les jeunes femmes en prétextant vouloir aider l'une d'entre elles qui est ivre, raconte kentonline.

Il attend ensuite que les demoiselles s'endorment pour passer à l'action. «Je me suis réveillée à un moment donné et il était sur moi, il était en train de coucher avec moi», a raconté la victime au tribunal. L'étudiante repousse son agresseur et se met à hurler. «J'étais bouleversée, en colère et hystérique. Je voulais juste qu'il sorte de chez moi», a-t-elle expliqué. C'est à ce moment-là que Clifton lui lance: «Cherche-moi su Google, lis de quoi je suis capable». Interpellé, le Britannique plaisante sur le fait de retourner en prison.

Il faut dire que l'individu est un habitué des lieux. Depuis 2000, pas moins de 24 charges ont été retenues contre lui, notamment cambriolage, menaces de mort et kidnapping. Il a expliqué au tribunal qu'il voulait que les étudiantes connaissent l'histoire de son frère aîné, Brett. Celui-ci avait écopé en 2006 d'une peine de prison à perpétuité pour avoir battu à mort un couple de personnes âgées. «Pour moi, il est parfaitement clair qu'il y a toutes les raisons de penser que cet individu est extrêmement dangereux. Il a harcelé ces filles et attendu avant d'agir», a déclaré le juge James O'Mahony.

Ton opinion