Banquiers privés suisses: Cherté du franc au coeur des preoccupations
Actualisé

Banquiers privés suissesCherté du franc au coeur des preoccupations

La place financière helvétique s'en est bien tirée en 2010 malgré la crise, se réjouit l'Association des banquiers privés suisses (ABPS).

Quant à l'année qui débute, elle est placée sous le signe de la lutte contre la surréglementation et de la gestion de la cherté du franc.

«Il est remarquable qu'en dépit de toutes les mauvaises nouvelles affectant la place financière, nos clients étrangers soient restés fidèles», a souligné jeudi devant la presse à Berne Konrad Hummler, le président de l'ABPS. La hausse des apports de capitaux significatifs en 2010 confirme la pertinence du modèle d'affaire des banques privées suisses, a poursuivi l'associé de Wegelin & Co.

La situation dans laquelle se trouvent les acteurs du marché n'en est pas moins «la plus complexe depuis des décennies», a indiqué de son côté Nicolas Pictet, vice-président de l'association et associé chez Pictet & Cie. Et de citer l'appréciation de la monnaie helvétique, un phénomène certes séculaire, mais dont l'ampleur et la rapidité sont problématiques.

Le renforcement du franc risque de se poursuivre aussi longtemps que les Etats-Unis auront une «politique monétaire laxiste», qui incite les investisseurs à chercher refuge dans des monnaies considérées comme des réserves. «Nous sommes préoccupés par l'impact que cette hausse risque d'avoir» sur les exportations et l'économie suisse en général, a noté M. Pictet. (ats)

Ton opinion