Suisse: Chevaux maltraités: nouvelle mise en vente
Actualisé

SuisseChevaux maltraités: nouvelle mise en vente

Les 36 bêtes appartenaient à l'éleveur de Hefenhofen (TG), accusé de mauvais traitements.

Une première mis en vente avait eu lieu en août.

Une première mis en vente avait eu lieu en août.

Keystone

Trente-six chevaux ayant appartenu à l'éleveur thurgovien accusé de mauvais traitements envers les animaux ont été mis en vente mercredi à Schönbühl (BE). Il s'agit de bêtes qui ont passé l'été sur des alpages dans les cantons des Grisons et de St-Gall.

Ces 36 chevaux sont soignés et hébergés depuis la fin septembre au Centre de compétence du service vétérinaire et animaux de l'armée à Schönbühl. Leur mise en vente n'avait pas pu avoir lieu plus tôt en raison d'un recours, aujourd'hui écarté, de l'ancien propriétaire.

L'intérêt auprès de potentiels acquéreurs était moins grand mercredi que lors de la mise en vente le 17 août dernier de 80 équidés saisis chez l'éleveur de Hefenhofen (TG). Deux heures après le début de la mise aux enchères, un tiers des chevaux avait trouvé preneur.

Plus de 200 personnes présentes

Un peu plus de 200 personnes étaient présentes mercredi matin au Centre de compétence du service vétérinaire et animaux de l'armée contre 500 lors de la première vente. Pour le commissaire-priseur, il s'agit d'un juste retour à la normale. En août, l'émotion avait fait grimper les prix.

Etabli aux Breuleux (JU), dans les Franches-Montagnes, Julien Schafer a acheté trois chevaux avant la pause dans la matinée. Il a expliqué qu'il allait maintenant les nourrir et observer leur évolution avant de les vendre.

Prix à la baisse

Les responsables du Service vétérinaire du canton de Thurgovie ont décidé que les chevaux qui ne trouvaient pas d'acquéreurs lors de la première ronde seraient proposés dans une seconde phase pour un montant de 500 francs inférieur à la valeur estimée par un expert.

Le scandale de Hefenhofen (TG) a éclaté en août. Des défenseurs des droits des animaux ont dénoncé les conditions de détention du bétail chez un éleveur. Des photos montraient des chevaux amaigris, voire abandonnés morts au sol. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion