Actualisé 19.08.2019 à 20:04

MotocyclismeChez les Cuche, on brille et on souffre en famille

Roggenburg (BL) accueille ce week-end la seule course de side-car cross disputée en Suisse cette année. Dur, mais très spectaculaire.

de
Jean-Claude Schertenleib
Christophe (à g.) et Maxime Cuche, mordus de side-car cross, courront «à la maison» en fin de semaine.

Christophe (à g.) et Maxime Cuche, mordus de side-car cross, courront «à la maison» en fin de semaine.

Quand Maxime éternue, Christophe ne se sent pas bien. Quand Max se blesse, Chris perd ses repères... Chez les Cuche, on souffre et on brille en famille. Christophe, c'est le pilote; Maxime, le cousin, c'est le passager.

«Un terme totalement inexact. Dans notre discipline, ce n'est pas celui qui tient la manette qui fait gagner», martèle Christophe. Cette discipline, le side-car cross, est assurément la plus exigeante qui existe sur le plan physique parmi les sports mécaniques.

Dix-septièmes du classement intermédiaire du championnat du monde, les Neuchâtelois espéraient plus: «On rêvait du top 10 en début de saison. Mais voilà, une cascade de pépins plus tard, nous avons dû déchanter.» Ils étaient en tête de la course de qualification en Espagne quand le moteur de leur engin a lâché. Ensuite, Maxime a découvert qu'il avait une hernie. Dur au mal, il n'a rien dit, souffrant en silence, avant de comprendre pourquoi lui, le roc, était littéralement «vidé» après 15 minutes de course. Une opération a été nécessaire.

L'autre jour, il a repris du service, et les automatismes sont revenus. «Une bonne journée d'entraînement. Je suis impatient de voir comment ça se passera en course», a lâché Christophe. La course? Le Grand Prix de Suisse, ce week-end à Roggenburg. Un terrain «à l'ancienne», qui serpente d'un côté à l'autre d'une combe. Très exigeant pour l'équipage, mais si spectaculaire!

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!