Actualisé 27.07.2012 à 12:17

San Sisto (It)

Chez Nestlé, papa s'efface pour fiston

Une entreprise du groupe vaudois propose à ses employés de diminuer leur temps de travail et d'engager leur enfant en contrepartie.

de
Sophie Pieren
Perugina appartient à la multinationale veveysanne depuis 1988. (Photo: dr)

Perugina appartient à la multinationale veveysanne depuis 1988. (Photo: dr)

Comment faire, en plein marasme économique, pour offrir des occasions de travail à la jeunesse? Perugina, une fabrique de chocolat italienne appartenant au groupe Nestlé, a imaginé une solution originale: elle propose d'offrir une place d'apprentissage aux enfants de ses employés qui acceptent d'abaisser leur temps de travail de 40 à 30 heures hebdomadaires.

«L'augmentation du nombre de seniors réduit les opportunités de travail pour les jeunes, explique Perugina. Cette mesure offre une réponse sérieuse, responsable et courageuse dans une période diffi­cile pour l'économie.»

En Italie, la proposition a provoqué une levée de boucliers. Les employés de Perugina ont fait grève jeudi. Les syndicats accusent l'entreprise de vouloir économiser sur le dos du personnel. En réduisant leur temps de travail de 10 heures par semaine, les employés perdent environ 25% de leur salaire; les 800 euros mensuels perçus par leur enfant ne suffisent pas à compenser ce trou, selon le syndicat Cgil.

Pour Christophe Reymond, directeur général du Centre patronal vaudois, l'idée n'est pas mauvaise. «Dans un pays où le taux de chômage est très élevé, particulièrement chez les cadets, toute opération qui permet d'ouvrir le marché du travail aux jeunes est louable. Tant que la perte financière n'est pas trop lourde à porter pour la famille.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!