Informatique: Chiffre d'affaires en hausse pour Logitech
Actualisé

InformatiqueChiffre d'affaires en hausse pour Logitech

Le groupe vaudois affiche un chiffre d'affaires en hausse de 9% et un bénéfice net à 192 millions de dollars.

Image d'illustration.

Image d'illustration.

Keystone

Signant un exercice record après sa restructuration en profondeur, Logitech estime n'en être qu'au début de la croissance durable. Le numéro un mondial des périphériques informatiques a étoffé de 9% son chiffre d'affaires à 2,2 milliards de dollars (2,18 milliards de francs) au terme de l'exercice 2016/2017. Sa rentabilité a bondi.

Une fois de plus, le groupe sis à Lausanne et Newark, en Californie, a dépassé ses propres attentes, et celles du marché. Le bénéfice net pour l'année fiscale achevée fin mars s'inscrit à 191,5 millions de dollars, contre 119 millions une année auparavant, a-t-il annoncé dans la nuit de mardi à mercredi.

«Nous avons fait beaucoup de chemin», a déclaré mercredi devant les médias réunis à Zurich le directeur général Bracken Darrell. Depuis 2013, l'Américain pilote le redressement de la société fondée à Apples (VD) en 1981. Sous sa houlette, le résultat opérationnel a triplé, malgré des vents contraires.

«Notre performance annuelle 2017 démontre la force de notre stratégie», s'est félicité le patron. «Pour la quatrième année consécutive, nous avons accéléré la croissance des ventes au détail. Et il ne s'agit là que d'un début», assure-t-il, évoquant les innovations à venir.

Carburant

Le résultat d'exploitation a décollé de plus de moitié à 197 millions de dollars, le meilleur résultat en neuf ans. Présenté hors normes comptables GAAP, soit sans comptabilisation des plans de rémunérations, des amortissements et des coûts de restructuration notamment, il s'est amélioré de 33% à 238 millions.

Aujourd'hui, les nouvelles catégories de produits génèrent la moitié des ventes. A 36,9%, la société a délivré la meilleure marge brute annuelle de son histoire. «C'est le carburant qui permet d'investir dans la croissance», a insisté le directeur général.

Pour le président du conseil d'administration, Guerrino de Luca, la clé de ce retour en force est la nouvelle mentalité insufflée par Bracken Darrell, a-t-il confié à l'ats. C'est sa vision centrée sur le «design comme une expérience» qui fait la différence auprès des consommateurs.

Record sans OEM

Les revenus de la vente au détail - désormais l'unique division - ont crû de 13% en comparaison annuelle. Pour rappel, fin 2015, le groupe a abandonné son activité de fournisseur direct d'accessoires aux fabricants informatiques (OEM), pour se recentrer sur le commerce de détail.

La majorité des segments - soit 70% des produits - affichent une croissance à deux chiffres. Celui des accessoires pour vidéoconférence a grimpé de 40% à 125 millions de dollars, suivi par les haut-parleurs mobiles ( 30% à près de 300 millions).

Parmi les produits traditionnels, les souris n'ont engrangé que 1% de plus à 498,2 millions de dollars et les claviers 11% à 478 millions. L'activité des accessoires pour tablettes reste en souffrance: ses revenus ont chuté de plus d'un quart sur un an, à 76 millions. Pour Logitech, pas question de quitter ce créneau.

Croître et rester petit

Par région, les Amériques, principal marché, ont connu un net rebond en fin d'exercice. En Europe, la firme a battu le marché, tandis qu'elle poursuit sur sa lancée en Asie. Malgré sa taille - à mi-chemin entre le grand groupe et la start-up, Logitech «est partout dans le monde», souligne la direction.

Aujourd'hui concentré dans cinq domaines d'activité - de la musique à la maison intelligente - Logitech voit un énorme le potentiel de croissance, notamment dans le cloud. Mais pas au prix de sa flexibilité. L'objectif reste «d'accroître les revenus, tout en devenant toujours plus petit», insiste Bracken Darrell lors d'un entretien avec l'ats.

Le groupe fabrique plus de la moitié de ce qu'il vend, en Chine plus exactement, a-t-il précisé. Interrogé sur les velléités de Donald Trump de rapatrier les emplois des firmes technologiques, le patron de Logitech se dit «prêt à déménager, si cela devient un problème».

Prévisions confirmées

Pour l'exercice en cours, la direction confirme ses prévisions antérieures. Elle escompte une progression des ventes à un chiffre dans la partie supérieure du spectre. Le résultat opérationnel (non GAAP) est lui attendu entre 250 et 260 millions de dollars.

La veille, Logitech a confirmé l'actualité du programme de rachat d'actions portant sur 250 millions de dollars annoncé en mars. Le démarrage est prévu dans le courant du mois de mai, une fois obtenu l'aval de la commission des OPA (COPA).

A ceux qui s'interrogent sur la capacité de Logitech à maintenir le rythme de sa croissance, Bracken Darrell répond ne pas craindre l'un ou l'autre trimestre en repli. Sa vision réside dans le long terme, assure-t-il. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion