Actualisé 20.09.2008 à 07:57

Lait contaminéChine: lait contaminé, reflet de pratiques agricoles douteuses à grande échelle

Le scandale du lait contaminé, qui a tué quatre bébés et touché plus de 6.200 autres, est révélateur d'une pratique courante en Chine, qui consiste à ajouter des produits chimiques pour édulcorer le lait.

L'immense majorité des fermiers est très disciplinée et ne peut prendre le risque de toucher à son lait, a expliqué vendredi à Hong Kong le responsable du département financier de l'une des compagnies incriminées, Mengniu, Yao Tongshan.

Et pourtant, il semble difficile de penser que les agriculteurs n'aient pas été de mêche avec les grandes laiteries chinoises. Face à la hausse des coûts liés à leur travail et à l'alimentation des animaux, les agriculteurs auraient cherché à en réduire les coûts. Ils auraient ensuite cherché à compenser la baisse de la qualité du lait par l'ajout d'édulcorants, pour masquer son déficit en protéines.

La mélamine incriminée est riche en azote et peut faire croire à un supplément de protéines. Il s'agit d'un produit chimique utilisé dans la fabrication des plastiques et des engrais. Consommée, elle peut causer des calculs rénaux et conduire à une insuffisance rénale.

«Avant l'incident de la mélamine, je savais que les agriculteurs pouvaient ajouter des produits d'origine biologique, par exemple de l'urine d'animaux ou de la peau», a déclaré Chen Lianfang, de Beijing Orient Agribusiness Consultant (BOABC), une société de consulting, spécialisée dans le secteur agro-alimentaire.

Alors, dans le cas de la mélamine, lui-même et d'autres experts ont exprimé leur scepticisme à l'égard des agriculteurs, car le produit n'est pas soluble dans l'eau, il doit être mélangé avec du formaldéhyde ou un autre produit chimique, avant de pouvoir être dissous dans le lait.

«Les agriculteurs n'ont pas assez de connaissance pour penser par eux-mêmes à ajouter de la mélamine. Il devait donc bien y avoir des personnes de l'industrie chimique qui prenaient contact avec eux et leur disaient que ce serait une bonne idée de faire ça», a expliqué Chen Lianfang.

L'Administration générale de la supervision de la qualité et le ministère de la Santé ont refusé de s'exprimer vendredi pour expliquer comment l'ajout de mélamine ait pu devenir une pratique si répandue.

Les cafés Starbucks ont retiré le lait (fourni par Mengniu) de ses 300 enseignes présentes en Chine, bien qu'aucun cas d'employé ou de client malade n'ait été signalé.

Singapour a suspendu vendredi la vente et l'importation de tous les laits en provenance de Chine.

Pendant ce temps, deux distributeurs de lait en poudre Sanlu ont révélé que la société Sanlu leur avait ordonné de retirer de leurs rayons les laits en poudre dès début juillet. Ces déclarations ont soulevé de nouvelles questions sur le moment où ladite société et le gouvernement ont pris connaissance de la contamination des laits.

Sanlu a reçu des plaintes dès le mois de mars et les essais datés de début août montraient que leur lait en poudre contenait de la mélamine. Toutefois, aucun rappel n'a été ordonnée avant le 11 septembre, après que les distributeurs néo-zélandais ont informé le gouvernement néo-zélandais, qui a ensuite informé les autorités chinoises.

Cette crise embarrasse les autorités chinoises, dont le système de sécurité sanitaire des aliments avait été réformé l'an dernier après d'autres scandales. Des substances dangereuses comme le plomb ou un antigel avaient été découverts dans des jouets ou encore du dentifrice.

En 2004, un scandale avait déjà éclaboussé la production de lait en poudre. Plus de 200 enfants avaient souffert de malnutrition et une douzaine étaient morts après avoir été nourris avec une formule qui ne possèdait aucune substance nutritive. Des aliments pour animaux de compagnie, mixés avec de la mélamine, avaient également causé la mort de nombreux chiens et chats aux Etats-Unis. (ap)

Le président chinois fustige les responsables locaux

En plein scandale du lait contaminé à la mélamine en Chine, le président Hu Jintao a fustigé l'attitude de certains responsables locaux, alors que quatre bébés sont morts et plus de 6.200 autres sont tombés malades.

«Certains responsables ont ignoré l'opinion publique et sont restés aveugles face aux difficultés de la population, même sur des problèmes majeurs qui affectent les vies et la sécurité des personnes», a déclaré le chef de l'Etat vendredi dans un discours devant de hauts responsables du parti communiste chinois publié samedi dans la presse officielle.

Vendredi, le gouvernement chinois avait annoncé que la substance toxique retrouvée dans du lait en poudre avait également été découverte dans du lait classique liquide produit par trois laiteries chinoises et lancé une procédure de rappel. Selon l'agence nationale chargée de la sécurité des produits tous les lots qui avaient été contrôlés positifs ont été retirés. Samedi, nombre des rayons de lait étaient vides dans les magasins d'alimentation de Pékin ou Shanghaï.

Vendredi, le Conseil d'Etat chinois a ordonné aux hôpitaux de traiter gratuitement les enfants atteints et demandé aux responsables locaux de redoubler d'efforts pour que tous les produits contaminés soient retirés du marchés. Les entreprises responsables d'avoir produit du lait contaminé devront ensuite rembourser l'Etat pour les dépenses de santé engagées, a précisé le conseil d'Etat.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!