Actualisé 12.08.2008 à 11:27

ChineChine: le marché auto ralentit plus vite que prévu

Le marché automobile chinois ralentit plus vite que prévu en raison de la décélération générale de l'économie, de la hausse des coûts des carburants et des récentes catastrophes naturelles.

Après avoir progressé d'au moins 20% par an ces trois dernières années, ce qui en faisait l'un des rares débouchés porteurs pour des géants mondiaux comme General Motors, ce marché pourrait bien voir sa croissance divisée par deux en 2008.

Les ventes de véhicules en Chine n'ont connu en juillet qu'une progression de 6,79%, du jamais vu depuis deux ans. Et cette décélération pourrait bel et bien marquer un tournant même si les responsables économiques chinois affichent leur volonté de privilégier désormais le soutien à la croissance et plus la prévention d'une éventuelle surchauffe.

«Nous tablions au début de l'année sur une croissance d'environ 15%, soit environ 6,2 millions de véhicules de tourisme vendus cette année. Nous venons d'abaisser cette prévision à environ 5,95 millions d'unités», explique John Bonnell, responsable du cabinet d'études J.D. Power Asia Pacific Forecasting.

Le stock de véhicules invendus a lui atteint fin juin son plus haut niveau depuis quatre ans, à 170 000 unités, ont annoncé le mois dernier des médias officiels chinois.

La croissance du marché au premier semestre est déjà passée sous 20%, pénalisée notamment par de récentes catastrophes naturelles et intempéries. Des tempêtes de neige ont désorganisé cet hiver les approvisionnements en pièces détachées, tandis que le tremblement de terre du 12 mai dernier dans la province du Sichuan a pesé sur le moral des ménages.

Illustrant la décélération du secteur, la hausse de la production de pneus des membres de la fédération chinoise de l'industrie du caoutchouc n'a augmenté que de 12% au premier semestre, en raison de la décélération de l'économie et de la hausse des prix des matières premières. Le taux de croissance du secteur avoisinait auparavant plutôt les 18%.

Surprise à la pompe

La hausse des prix de l'essence fin juin a aussi fortement pénalisé le marché automobile. Le consommateur chinois était traditionnellement protégé des hausses du brut par les mécanismes étatiques de contrôle des prix mais Pékin a augmenté en juin de près de 20% le prix au détail de l'essence et du diesel.

D'autres hausses du prix de l'essence sont possibles et les consommateurs deviennent prudents. Selon un sondage en ligne de J.D. Power et du portail internet Sina.com réalisé en Chine le mois dernier, 26% des personnes interrogées qui envisageaient d'acheter une nouvelle voiture cette année prévoient désormais de reporter cet achat.

J.D. Power table toujours sur une croissance annuelle de 10-11% des ventes de voitures en Chine d'ici 2012. Mais pour John Bonnell, il y a environ 30% de chance que la croissance soit faible ou nulle en 2009 ou 2010, si l'économie ralentit davantage. Plusieurs autres analystes n'excluent pas une croissance des ventes inférieure à 10%, après une progression de 21,7% en 2007.

Des constructeurs optimistes

En dépit de ces inquiétudes, de nombreux constructeurs automobiles chinois s'attendent à ce que la croissance du marché automobile repasse au-dessus de 10%.

«Tant que nous pouvons assurer une croissance économique annuelle de 8%, je ne vois pas la difficulté de maintenir une progression de plus de 10% des ventes de voitures», a déclaré un dirigeant de Dongfeng Motor Group, le troisième constructeur automobile chinois, qui possède des coentreprises distinctes avec les japonais Honda, Nissan et avec le français PSA Peugeot-Citroën.

Jin Yibo, un des responsables des ventes en plein boom du constructeur chinois Chery Automobile souligne de son côté le fait que peu de Chinois possèdent encore un véhicule, avec un taux d'équipement inférieur à 60 voitures pour 1000 habitants.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!