Football - Choc sans vainqueur entre l’Inter et l’Atalanta, l’AC Milan en tête
Publié

FootballChoc sans vainqueur entre l’Inter et l’Atalanta, l’AC Milan en tête

Les champions en titre ont partagé les points avec la formation de Remo Freuler (2-2). Les Rossoneri en ont profité pour prendre la tête de la Serie A.

Lautaro Martinez et les Intéristes n’ont pas réussi à se défaire de Remo Freuler et des Bergamasques.

Lautaro Martinez et les Intéristes n’ont pas réussi à se défaire de Remo Freuler et des Bergamasques.

AFP

Le choc spectaculaire mais sans vainqueur samedi entre l’Inter Milan et l’Atalanta à San Siro (2-2) fait les affaires de l’AC Milan, leader provisoire après avoir battu La Spezia (2-1) grâce notamment au premier but en Serie A de Daniel Maldini, fils de Paolo.

Milan compte un point d’avance sur Naples (2e), qui accueillera dimanche Cagliari lors de cette 6e journée de Serie A pour tenter de poursuivre son sans-faute (cinq victoires en cinq matches).

Pénalty manqué à la 86e

L’Inter, elle, doit laisser filer les Rossoneri après avoir abandonné contre l’Atalanta, avec Remo Freuler durant toute la rencontre, ses premiers points à domicile à l’issue d’un match disputé à cent à l’heure. Le champion en titre a eu sa balle de match en obtenant un penalty à la 86e minute, envoyé sur la barre par Federico Dimarco.

Mais la «Dea» aussi: Roberto Piccoli pensait avoir marqué le but de la victoire, mais il a été annulé après quelques instants de confusion par la VAR car le ballon était sorti auparavant. Final assez rocambolesque d’un match de haut vol, digne de la Ligue des champions que les deux clubs vont retrouver la semaine prochaine.

Edin Dzeko égalise

L’Inter a démarré fort en ouvrant la marque sur une superbe volée de Lautaro Martinez (5e). L’Atalanta a mis un quart d’heure pour trouver son rythme mais a ensuite dominé, passant logiquement devant sur une frappe tendue de Ruslan Malinovsky (30e) puis un but opportuniste du défenseur Rafael Toloi monté aux avant-postes (38e).

Face à des Bergamasques moins fringants après l’heure de jeu, l’Inter a poussé et égalisé par Edin Dzeko (71e) avant le final fou qui laisse les joueurs de Simone Inzaghi toujours invaincus mais déçus. Déçus, ceux de Gian Piero Gasperini (5e) le sont aussi, mais ils ont prouvé qu’ils seraient encore cette saison de sérieux prétendants au Top 4.

L’AC Milan brille

Milan, malgré les départs majeurs de l’été (Donnarumma, Calhanoglu), a montré qu’il avait de la réserve, avec celui qui, avec ses 19 ans, incarne à la fois son avenir et son glorieux passé: Daniel Maldini, fils de Paolo et petit-fils de Cesare, deux légendes du club.

Maldini, titularisé pour la première fois en Serie A, a ouvert la marque de la tête un centre de Pierre Kalulu (47e), un premier but applaudi avec émotion par son père, directeur sportif des Rossoneri.

Alors que La Spezia pensait néanmoins tenir un point, après avoir égalisé par Daniel Verde (80e), Brahim Diaz a surgi pour redonner l’avantage aux Milanais (86e) juste après son entrée. Troisième but de la saison pour le jeune Espagnol (22 ans) qui a réussi l’exploit de faire oublier Hakan Calhanoglu dans l’entrejeu.

Maldini, 13 ans après son père

Daniel Maldini a marqué en Serie A 13 ans après le dernier but inscrit par Paolo Maldini en Serie A, en mars 2008. La Gazzetta dello sport a salué des «débuts romantiques et efficaces» du descendant de la dynastie Maldini. «Daniel a du talent, il voit le jeu», s’est félicité l’entraîneur milanais Stefano Pioli. «Il doit être plus rapide et plus concentré pour se démarquer, pour s’écarter davantage des adversaires, mais je pense qu’il a vraiment les qualités pour grandir», a-t-il ajouté.

À La Spezia, où la Juventus avait souffert mercredi pour s’imposer (3-2), Maldini a toutefois été discret en première période, comme l’ensemble des joueurs offensifs rossoneri, en panne de rythme.

«Ça a été dur»

«Ça a été dur, c’était compliqué de trouver des espaces et de se créer des occasions. Heureusement, il y a eu davantage d’espaces en seconde période, cela a été plus simple», a admis le héros du jour.

En pointe, Olivier Giroud a été très discret lors de sa première titularisation depuis le 29 août, pour cause de Covid-19 puis de douleurs dorsales. Remplacé à la mi-temps, le Français a trois jours pour retrouver davantage en vue de la réception de l’Atlético Madrid mardi en Ligue des champions.

(AFP)

Ton opinion