Vaud: Chômeurs d’âges différents réunis pour «se tirer vers le haut»
Publié

VaudChômeurs d’âges différents réunis pour «se tirer vers le haut»

Un programme-pilote pour un retour à l’emploi mélange des jeunes d’une vingtaine d’années et des
quinquagénaires.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye
Le programme réunit des juniors et des seniors en recherche d’emploi.

Le programme réunit des juniors et des seniors en recherche d’emploi.

DR

Il y a ceux pour qui le manque d’expérience est un obstacle pour intégrer le marché du travail. A contrario, pour d’autres blanchis sous le harnais, le riche vécu professionnel et les prétentions salariales constituent un handicap pour retrouver un emploi. «Il fallait une nouvelle approche intergénérationelle destinée aux juniors et aux seniors qualifiés, deux publics fortement touchés par le chômage longue durée et l’aide sociale», explique François Egger, le concepteur du programme de Mentor Energy, une association à but non lucratif.

Renforcer les qualités, combler les lacunes

Depuis juin, une quinzaine de seniors et de jeunes suivent un coaching d’environ six mois à l’espace de coworking Impact Hub Lausanne. «L’objectif est de les accompagner dans le renforcement de leurs qualités et de combler leurs lacunes dans un environnement propice aux contacts et à une bonne dynamique de groupe», poursuit François Egger.

«Je suis coaché avec des chômeurs aux connaissances pointues. Nous nous poussons mutuellement vers le haut», constate T., un économiste vaudois de 28 ans. «Par rapport à quand je travaillais, mes revenus ont été divisés par dix. J’ai très envie de retrouver un emploi. Ce mélange avec les jeunes est motivant. Je profite aussi de leurs connaissances 2.0», analyse de son côté Philippe, ingénieur qualité de 51 ans.

Retour à l’emploi

Le canton de Vaud soutient l’employabilité des 50 ans et plus ainsi que des jeunes. Il consacre quelque 67 millions de francs pour l’insertion socioprofessionnelle. Un investissement qui rapporte puisque le retour à l’emploi permet de neutraliser le coût des mesures d’insertion (MI). Statistiquement, une personne sur deux qui suit une MI retrouve du travail. Mais chez les plus de 50 ans, la proportion est moindre avec quatre personnes sur dix.

Ton opinion

223 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Madame Loupège

11.09.2020, 17:35

Comme responsable de la conciergerie, je cherche 300 balayeurs dans le canton de Vaud. Bon salaire au noir, 11 fr. de l'heure, dépêchez-vous!

N. Hull

11.09.2020, 16:47

Encore un truc monté par nos politiques pour faire croire qu’ils font quelques choses. C’est le patronat qui doit changer d’optique ou y être forcé par une taxe de solidarité lors que trop de frontaliers sont employés ou qu’il a fait venir du personnel étranger alors qu’en suisse il y a du chômage dans sa branche. De plus les résidents suisses doivent reprendre et arrêter de dédaigner les métiers manuels alors que c’est la base (construction, immobilier etc)

Dilemme

11.09.2020, 11:16

J'hésite, faut-il mettre le point sur le "i" ou pas?