Chopard se décline en stylos, parfums, lunettes, foulards

Actualisé

Chopard se décline en stylos, parfums, lunettes, foulards

Après Dior, Bulgari, Cartier et les autres grandes marques de luxe, le bijoutier glamour genevois Chopard multiplie les produits griffés. Une stratégie payante.

Le parfum pour hommes Chopard vient de sortir après la fragrance pour femmes l'an dernier. La marque genevoise griffe depuis deux ans lunettes, instruments d'écriture, sacoches en cuir, agendas, foulards en soie et petite maroquinerie. «Les déclinaisons multiplient la visibilité de la marque, confie David Trachsler, chef de la division accessoires et licences.

A l'aéroport, le voyageur aperçoit d'abord des lunettes griffées dans une boutique, un stylo dans une autre, puis les foulards dans la suivante. Il est exposé à la marque quatre ou cinq fois avant de découvrir la bijouterie.» Le client qui n'a pas les moyens pour une montre ou un bijou hors de prix peut pénétrer l'univers de la marque avec un produit plus abordable.

Les entreprises peuvent offrir cette expérience à leurs collaborateurs. En France, le marché du cadeau corporate représenterait 40% des ventes du stylo Mont-Blanc. D'autres marques de luxe, Bulgari, Cartier, Chanel, Dior, pratiquent le branding depuis longtemps.

Pourquoi l'horloger-bijoutier genevois a-t-il tant tardé? En fait, il n'est pas le dernier: les montres Rolex n'ont toujours pas de déclinaison. De plus, Chopard ne collabore qu'avec des partenaires organisés comme lui en entreprise familiale et exigeants. L'activité reste marginale: moins de 10% des ventes. Mais la marge de progression est importante. Bulgari affiche 20%.

Giuseppe Melillo

Ton opinion