Christian Levrat prend au sérieux le sujet de la libre circulation
Actualisé

Christian Levrat prend au sérieux le sujet de la libre circulation

Le président désigné du PS Christian Levrat entend prendre au sérieux les craintes de la population au sujet de la politique européenne de la Suisse.

Avec l'extension de la libre circulation, un renforcement des contrôles des salaires est indispensable.

«Contrairement à ce que croient les milieux économiques, le scrutin sera très difficile», a déclaré le Fribourgeois dans une interview parue samedi dans le «St. Galler Tagblatt».

Problèmes avec les Roms

A ses yeux, les contrôles salariaux doivent être renforcés afin de convaincre la population de l'extension de la libre circulation des personnes à la Roumanie et la Bulgarie. De plus, il faut parler de l'éventuel problème des Roms: toute autre chose serait «une politique de kamikaze», selon le socialiste.

Vendredi, l'UDC avait réitéré ses menaces de référendum. Parmi ses exigences pour un oui à l'extension figure la possibilité de renvoyer des criminels roumains ou bulgares aux frais de leur pays d'origine.

Concernant l'avenir du Parti socialiste, Christian Levrat plaide pour le changement. «Ces dernières années, le PS a trop misé sur le consensus et l'harmonie». Et «c'est une grossière erreur d'avoir orienté la campagne électorale sur la composition du Conseil fédéral», a-t-il ajouté.

A l'avenir, le parti va examiner chaque proposition sur sa compatibilité sociale. Si celle-ci venait à manquer, le PS combattra les objets de toutes ses forces, a annoncé son président désigné.

Pas copier l'UDC

Pas question toutefois de copier: «Le PDC et le PRD croient gagner des électeurs en imitant l'UDC. Je ne le ferai pas: le PS doit rester le parti des débats, des discussions et des différentes tendances».

Le conseiller national et syndicaliste fribourgeois est le seul candidat à la succession du président du PS Hans-Jürg Fehr. L'élection se déroulera le 1er mars. (ats)

Ton opinion