Fédérales 2011: Christoph Blocher de retour aux affaires
Actualisé

Fédérales 2011Christoph Blocher de retour aux affaires

L'ancien conseiller fédéral Christoph Blocher a annoncé sa décision jeudi de se présenter à la fois au National et au Conseil des Etats.

Le Tribun zurichois veut retrouver des mandats sous la Coupole fédérale.

Le Tribun zurichois veut retrouver des mandats sous la Coupole fédérale.

Le Zurichois Christoph Blocher est candidat au Conseil des Etats. L'ex-conseiller fédéral a annoncé sa décision jeudi lors de la présentation de la campagne de l'UDC en vue des élections à la Chambre des cantons. Le parti veut lancer le maximum de candidats profilés à droite.

A 70 ans, Christoph Blocher se présentera aussi bien au National qu'au Conseil des Etats. L'UDC zurichoise, qui salue cette annonce, rendra sa décision le 14 avril. L'ancien ministre de justice et police envisage cette candidature d'abord comme un sacrifice, puis comme une envie. «C'est mon devoir», a dit le stratège de l'UDC devant les médias à Berne.

Christoph Blocher se voit comme le plus à même d'empêcher une «adhésion rampante de la Suisse à l'UE». Durant la campagne, d'autres partis diront aussi qu'il s'y opposent, selon lui. «Mais après les élections, qui osera retirer la demande d'adhésion à Bruxelles», a-t-il demandé.

Pas de conflit d'intérêts

L'ex-conseiller fédéral dit n'avoir aucun mandat qui puisse représenter des conflits d'intérêts, contrairement à d'autres membres des Chambres fédérales. «J'ai remis mes entreprises à mes enfants».

L'UDC est consciente qu'une élection de Christoph Blocher «sera une tâche difficile», a reconnu son président Toni Brunner, très satisfait de ce «sacrifice». En 1987, alors conseiller national, le Zurichois avait échoué dans sa tentative d'entrer à la Chambre des cantons.

Il s'était fait battre par le radical Riccardo Jagmetti et l'indépendante Monika Weber. Cette année, il devrait faire face notamment aux sortants Felix Gutzwiller (PLR) et Verena Diener (Verts libéraux).

Trop à gauche

L'UDC souhaite augmenter sa députation à la Chambre des cantons. Elle estime que cet ancien bastion bourgeois a glissé à gauche ces dernières années, surtout depuis 2007. Le parti de droite présentera des personnes profilées dans un maximum de cantons. Le Bernois Adrian Amstutz, qui vient d'être élu, se représentera.

Les conseillers nationaux Jean-François Rime et Toni Brunner se présenteront à Fribourg et à St-Gall. Caspar Baader, chef du groupe parlementaire, est quant à lui prêt à porter sa candidature à Bâle- Campagne pour autant que sa section cantonale le veuille. Mardi, l'UDC de Bâle-Ville a nommé le conseiller national Sebastian Frehner comme candidat.

Pour la première fois, l'UDC mènera une campagne nationale thématique en vue des élections au Conseil des Etats. Devant la presse, les démocrates du centre ont dénoncé la politique de la majorité des sénateurs, la qualifiant d'»europhilie forcénée» et d'opposition systématique aux tentatives de durcir le droit pénal ou d'endiguer l'immigration.

Ils s'en sont pris aussi au manque de transparence de la Chambre des cantons, qui ne connaît pas le vote électronique. Les votes s'y font à main levée, ce qui ne permet de savoir ensuite le vote de chaque sénateur. (ats)

Huit précédents gagnants

Huit ex-conseillers fédéraux ont mené une nouvelle carrière aux Chambres après leur départ. Le dernier était Max Weber (PS/ZH), revenu au National de 1955 à 1971. S'il est élu, Christoph Blocher sera en revanche le premier ministre éjecté du gouvernement à faire son retour au Parlement.

Plus on remonte dans le temps, plus le cas d'une nouvelle carrière parlementaire est fréquent. Au XIXe siècle, il n'était en effet pas inhabituel pour un conseiller fédéral en fonction de se présenter parallèlement aux élections parlementaires, notamment afin de tester sa popularité. Une fois parti du gouvernement, le ministre poursuivait sur sa lancée et revenait aux Chambres.

Frédéric Frey-Hérosé (PRD/AG) a ainsi siégé au National de 1866 à 1872, Josef Martin Knüsel (PRD/LU) de 1878 (trois ans après son départ du Conseil fédéral) à 1882, Rudolf Dubs (PLR/ZH) de 1872 à 1874 (mais comme élu vaudois) et Paul Ceresole (PRD/VD) de 1893 (huit ans après son départ) à 1899.

Bernhard Hammer (PRD/SO) est lui aussi retourné dans les travées de la Chambre du peuple de 1890 à 1896 alors qu'Adrien Lachenal (PRD/ GE) a été élu au Conseil des Etats de 1899 à 1918. Premier démocrate- chrétien à suivre cette série radicale, le Fribourgeois Jean-Marie Musy a siégé au Conseil national de 1935 à 1939.

Ton opinion