Zurich: Christoph Mörgeli bientôt viré?

Actualisé

ZurichChristoph Mörgeli bientôt viré?

Le stratège de l'UDC Christoph Mörgeli serait sur le point de perdre son emploi à l'Université de Zurich après avoir affirmé publiquement être victime de mobbing de la part de son supérieur.

par
Olivia Fuchs
Les os humains du musée d'histoire de la médecine seraient exposés à la poussière et aux insectes.

Les os humains du musée d'histoire de la médecine seraient exposés à la poussière et aux insectes.

L'étau se resserre autour du ténor de l'UDC et historien de la médecine Christoph Mörgeli. Un rapport d'évaluation de ses prestations à l'Université de Zurich de novembre 2011 confirmerait le rapport académique publié par son patron Flurin Condrau en février dernier. On reproche à Christoph Mörgeli de ne pas prendre assez soin du musée d'histoire de la médecine et plus précisément d'une collection d'objets mondialement connue. Une expertise réalisée par une commission internationale indépendante était arrivée à la même conclusion. Les experts ont découvert que des os humains étaient exposés à la poussière et aux insectes, que certains objets étaient mal entreposés et que la collection n'était pas assez inventoriée.

Comme le révèle «Der Sonntag», la direction de l'université aurait personnellement informé Mörgeli des mauvais résultats du rapport d'évaluation. Elle lui aurait ensuite accordé un délai de six mois pour régler tous les problèmes liés au musée et à l'entretiens des objets. Un entretien était également prévu pour la semaine prochaine en vue de fixer un ultime délai. Mais la direction semble avoir changé d'avis suite aux propos tenus jeudi par Mörgeli sur TeleZüri. Au cours de l'émission «Talk Täglich», le stratège de l'UDC a affirmé être la victime d'une véritable «campagne de mobbing» lancée à son égard. La direction de l'Université de Zurich doit prendre des mesures disciplinaires contre Flurin Condrau, avait-il revendiqué. Selon l'hebdomadaire, la direction aurait finalement décidé de le virer avec effet immédiat.

Contacté, le service de presse de l'Université de Zurich n'a pas souhaité s'exprimer sur cette affaire. Il était également impossible de joindre Mörgeli ce week-end.

Ton opinion