Conseil d'Etat VS: Christophe Darbellay annonce sa candidature
Actualisé

Conseil d'Etat VSChristophe Darbellay annonce sa candidature

Le président du PDC suisse sera candidat à l'élection du Conseil d'Etat valaisan au printemps 2017.

Christophe Darbellay s'était pris une gifle politique en 2008 lors de sa tentative d'intégrer le gouvernement valaisan.

Christophe Darbellay s'était pris une gifle politique en 2008 lors de sa tentative d'intégrer le gouvernement valaisan.

Christophe Darbellay sera candidat à l'élection du Conseil d'Etat valaisan au printemps 2017.

Le président du PDC suisse a fait part de son intention sur le stand du «Nouvelliste» à la foire du Valais à Martigny vendredi, annonce qu'il a confirmée le lendemain à l'émission «Forum» de la RTS.

Christophe Darbellay n'en est pas à sa première tentative d'intégrer le gouvernement valaisan. En juin 2008, il était écarté du ticket PDC par le Congrès du parti romand, au bénéfice de l'actuel représentant du Bas-Valais au Conseil d'Etat Maurice Tornay. Il avait alors déclaré qu'il tenterait à nouveau sa chance lors de prochaines élections.

En 2017, Maurice Tornay aura siégé huit ans au gouvernement et rien ne dit qu'il ne briguera pas une troisième législature. «Il n'y aura plus jamais de combat Tornay-Darbellay; je vous l'assure», a déclaré le président du PDC suisse sur les ondes de La Première.

«Ce ne sera pas une candidature contre Maurice Tornay ou Jacques Melly, les deux conseillers d'Etat PDC romands. Ce serait complètement stupide», a-t-il ajouté.

Et Christophe Darbellay de préciser que les règles particulières qui déterminent l'élection au Conseil d'Etat précisent que chaque région doit disposer d'un siège au moins, mais que rien n'empêche que le Bas-Valais en compte deux et qu'ils soient tous deux démocrates-chrétiens.

Quant à la question de savoir si fin 2015 correspondrait à la fin de sa carrière fédérale, Christophe Darbellay a répondu d'un laconique «On ne peut jamais jurer de rien». A l'automne 2015, l'actuel conseiller national terminera sa troisième législature sous la Coupole. Or ces élections fédérales seront «charnières», selon ses propres termes», le Valais devant normalement avoir droit à un huitième siège.

Questions ouvertes

Le conseiller national n'a donc pas précisé s'il repartirait pour une demi-législature ou s'il se concentrerait sur la campagne en vue du Conseil d'Etat. Il n'a rien dit non plus sur la présidence du PDC suisse, poste pour lequel il a été confirmé l'année dernière jusqu'en 2016 normalement.

Le Bas-Valaisan préside le PDC depuis qu'il a succédé en 2006, à l'âge de 35 ans, à Doris Leuthard. Son échec, en 2008, face aux conservateurs de son parti qui ne l'ont pas voulu comme candidat au gouvernement ne fut pas son premier revers. La majorité du congrès d'alors s'est peut-être souvenue qu'en 1999, sous sa première étiquette chrétienne-sociale, il avait certes échoué lors de l'élection au Conseil des Etats, mais non sans faire trembler les pontes PDC de l'époque. (ats)

Ton opinion