Vlog: Christophe Loeffel, pâtissier suisse de l’année, se lance sur YouTube
Ludovic Andral
Actualisé

VlogChristophe Loeffel, pâtissier suisse de l’année, se lance sur YouTube

Ce jeune talent des desserts, qui officie au restaurant Le Pont de Brent, nous fait entrer dans l’envers du décor de la vie d’un pâtissier.

par
Romain Wanner

«Sur ma chaîne, je ne mettrai pas de recettes, annonce d’emblée Christophe Loeffel. En tout cas pas pour l’instant! Des recettes, il y en a déjà partout. Je vais plutôt emmener les gens dans la vie d’un pâtissier, leur faire découvrir ma vision du métier et leur montrer les adresses qui valent le détour, en Suisse comme ailleurs.» Le tout sous la forme de vlogs.

Cela fait plusieurs mois que j’ai en tête l’idée de lancer ma chaîne YouTube. La pandémie me donne le temps de le faire et j’en suis heureux!

Christophe Loeffel

Dans sa première vidéo, postée le 1er avril, il présente simplement sa bibliothèque et les livres de pâtisserie qui l’ont marqué ou qui l’ont inspiré dans sa carrière.

Jeune et talentueux

À tout juste 25 ans, Christophe Loeffel est déjà un pâtissier accompli. En plus d’être à la tête de la pâtisserie du restaurant doublement étoilé Le Pont de Brent, aux côtés du chef Stéphane Décotterd, il donne des cours de tous niveaux et vient d’être nommé, il y a quelques mois, pâtissier de l’année 2021 par le guide Gault&Millau Suisse. Et, en 2020, il est monté sur la troisième marche du podium au Championnat de France du Dessert. Une performance remarquable à un si jeune âge.

Le dessert livèche et bergamote que Christophe Loeffel a présenté au Championnat de France du Dessert.

Le dessert livèche et bergamote que Christophe Loeffel a présenté au Championnat de France du Dessert.

Christophe Loeffel

Un chef connecté

Sur Instagram, pas moins de 53’000 personnes suivent ce jeune talent né en Alsace. Il y allie ainsi sa passion pour la photo avec son métier, ceci pour le plus grand bonheur de ceux qui le suivent. Car ses posts mettent très vite l’eau à la bouche. «Instagram est un réseau très intéressant, quand on s’intéresse à la pâtisserie. On peut même y apprendre des techniques, car énormément de chefs partagent leur savoir et leurs créations. Mais ce que les gens ne s’imaginent pas toujours, c’est la quantité de travail derrière une recette.»

Son univers

«Ma pâtisserie, elle a plusieurs faces, explique-t-il. Bien sûr, au restaurant, elle colle à la ligne du chef, Stéphane Décotterd. Avec lui, j’ai entrepris un véritable voyage, lorsqu’il a décidé de se concentrer sur une cuisine 100% locale. On a donc commencé par retirer les fruits exotiques des desserts, pour voir si ça allait manquer à la clientèle. Puis on est partis plus loin, chercher des goûts nouveaux, des herbes des champs et des montagnes aux alentours. Au début, c’était délicat: il a fallu apprendre à travailler ces produits. Mais finalement, ça m’a ouvert de nouvelles possibilités.»

Dessert fraise-verveine

Dessert fraise-verveine

Christophe Loeffel
Poire, caramel et racine d’impératoire.

Poire, caramel et racine d’impératoire.

Christophe Loeffel
Le dessert de Pâques 2020 de Christophe Loeffel, autour de la carotte et du chocolat au lait.

Le dessert de Pâques 2020 de Christophe Loeffel, autour de la carotte et du chocolat au lait.

Christophe Loeffel

«Du point de vue visuel, j’aime les desserts très géométriques et élancés. On peut ainsi facilement créer du mouvement dans l’assiette en décalant les éléments. Je trouve ça superbe! Mais, bien entendu, ça n’ira pas pour tous les desserts. L’idée c’est toujours de faire coller le visuel aux produits utilisés. Un dessert à la pomme, par exemple, on va le préférer de forme arrondie, comme le fruit en somme.»

La conversation avec Christophe Loeffel est plus qu’intéressante. Le jeune talent fourmille d’idées et parle de la pâtisserie avec passion. On ne voit pas le temps passer. Lui, toutefois, il n’attend que la fin de la pandémie. Pour reprendre ses cours de cuisine et les événements, bien sûr. Il nous annonce même «un grand projet» à venir, d’ici à la fin d’année. De quel type? Il n’en dira pas un mot. Mais son sourire laisse sous-entendre que cela sera bien. Un pâtissier à suivre, donc, car il va continuer de briller, en Suisse romande et ailleurs.

Ton opinion

0 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé