Valais: Une chute de séracs a fait deux morts et neuf blessés au Grand Combin

Actualisé

ValaisUne chute de séracs a fait deux morts et neuf blessés au Grand Combin

Deux alpinistes sont décédés et neuf autres ont été blessés vendredi, lors de l’effondrement d’une partie d’un glacier. Dix-sept personnes se trouvaient sur place au moment de l’accident.

1 / 3
Le lieu du drame, le secteur du «Plateau du Déjeûner».

Le lieu du drame, le secteur du «Plateau du Déjeûner».

Air Zermatt
Onze alpinistes ont été touchés, deux d’entre eux, une Française de 40 ans domiciliée en France et un Espagnol de 65 ans vivant en Espagne sont décédés

Onze alpinistes ont été touchés, deux d’entre eux, une Française de 40 ans domiciliée en France et un Espagnol de 65 ans vivant en Espagne sont décédés

Air Zermatt
Pas moins de sept hélicoptères d’Air Zermatt, d’Air Glaciers et de la Rega ont pris dans cette opération de sauvetage.

Pas moins de sept hélicoptères d’Air Zermatt, d’Air Glaciers et de la Rega ont pris dans cette opération de sauvetage.

Police cantonale valaisanne.

Une chute de séracs a eu lieu au Grand Combin, sur la commune de Val de Bagnes, vendredi matin. Onze alpinistes ont été touchés, deux d’entre eux, une Française de 40 ans domiciliée en France et un Espagnol de 65 ans vivant en Espagne sont décédés. Neuf autres personnes ont été blessées dont deux grièvement. Toutes ont été héliportées vers l’hôpital de Sion ou le CHUV.

L’alerte a été donnée à 6h20 à Air Zermatt. L’incident a eu lieu à 3500 mètres d’altitude, dans le secteur du «Plateau du Déjeuner» lors de l’ascension du Grand Combin par la «Voie du Gardien».  

De gros moyens ont été mis en œuvre dans cette opération de sauvetage. Ainsi, pas moins de sept hélicoptères d’Air Zermatt, d’Air Glaciers et de la Rega ont pris part à cet immense dispositif. Les sauveteurs ont en outre procédé à l’évacuation d’autres alpinistes. «Après l'atterrissage, un repérage du lieu de l'accident a été effectué. Malgré la gravité de l'intervention, nous avons pu agir au mieux grâce à une organisation très structurée, à une excellente gestion de l'intervention sur le terrain et à une collaboration très professionnelle entre l'équipage de secours, les spécialistes du sauvetage et l'Organisation cantonale valaisanne des secours (OCVS)», précise le médecin urgentiste de service d'Air Zermatt.

Le Ministère public a ouvert une instruction afin de déterminer les circonstances de cet événement.

Fin mai constitue habituellement la période idéale pour les randonneurs désireux de skier le Grand Combin. Refuge le plus proche du massif, la cabane de la Panossière annonçait du reste sur son site que la cabane serait gardée de samedi dernier à ce samedi à l’occasion de la «semaine du Grand Combin».

La police appelle à la prudence en montagne

«Lorsque l’isotherme du zéro degré se situe aux environs de 4'000 mètres d’altitude, il vaut mieux redoubler de prudence ou renoncer à la course en cas de doute. La règle d’or est de se renseigner en amont de la course choisie et de la faisabilité du moment auprès des gardiens et des guides de montagne», préconise la police cantonale valaisanne.

(20 minutes)

Ton opinion