Techniques sanitaires: Chute des ventes et du bénéfice pour Geberit
Actualisé

Techniques sanitairesChute des ventes et du bénéfice pour Geberit

Confronté à la crise, Geberit affiche une rentabilité en net repli après six mois en 2009.

Le spécialiste st-gallois des techniques sanitaires a vu son bénéfice net chuter de 20,7% à 202,9 millions de francs. Les ventes ont fléchi de 14,9% sur un an à 1,1 milliard.

Exprimé en devises locales, le tassement du chiffre d'affaires s'est établi à 9,4%, a indiqué mardi le groupe de Rapperswil-Jona (SG). Au-delà de la crise que traverse le secteur de l'immobilier dans plusieurs pays, Geberit note avoir aussi souffert de l'appréciation du franc par rapport à l'euro, notamment.

La dépréciation des principales devises a aussi pesé sur le résultat financier, avec en conséquence un impact négatif sur le bénéfice net de l'entreprise. Au niveau opérationnel, le résultat avant intérêts et impôts (EBIT) s'est contracté de 17,6% pour s'inscrire à 267,5 millions de francs.

Toutefois au vu du contexte economique «extraordinairement difficile», Geberit juge sa performance «convaincante», estimant avoir maintenu sa rentabilité à un haut niveau. L'accroissement des charges salariales a été compensé par une stricte gestion des coûts et la baisse des prix des matières premières.

Effondrement en Espagne

Sur le seul 2e trimestre, le chiffre d'affaires s'est réduit de 15,6% par rapport à la période correspondante de l'an passé, après un repli de 14,2% trois mois auparavant. Corrigées des effets de change, les baisses sont ressorties à 10,5% et 8,3%, respectivement.

Sur six mois, le secteur des techniques sanitaires a vu ses ventes se contracter de 13,4% (-8,1% en devises locales) à 639,4 millions de francs. Celui des systèmes de tuyauterie a essuyé un repli de 16,9% (-11,2%) à 459,7 millions. Toutes les lignes de produits ont présenté des chiffres nettement inférieurs à ceux affichés un an auparavant.

Geberit relève que les marchés établis ont offert une meilleure résistance que les pays émergents. En Europe, les ventes ont reculé de 9% en devises locales. Les diminutions observées en Allemagne (-2,4%), en Autriche (-2,8%), au Bénélux (-5%), en France (-3,5%) et en Suisse (-8,2%) ont été inférieures à la moyenne.

L'Italie (-16%), les pays nordiques (-18,6%), la Grande-Bretagne et l'Irlande (-18,8%), l'Europe centrale et de l'Est (-20,9%) ainsi que la péninsule ibérique (-23,5%), en proie à une grave crise immobilière, notamment en Espagne, ont enregistré les plus vives diminutions. En Afrique et au Proche-Orient, les ventes ont baissé de 11,5% et de 17% dans la région Extrême-Orient/Pacifique.

Effectif en baisse

Geberit n'a pas non plus échappé à la crise frappant l'immobilier aux Etats-Unis. Après la construction privée, les difficultés se sont étendues aux locaux artisanaux et industriels, plus important pour le fabricant st-gallois. Le chiffre d'affaires a ainsi diminué de 15,9%.

A fin juin, le groupe employait dans le monde 5567 collaborateurs, soit 130 de moins que six mois auparavant. La diminution reflète les suppressions d'emplois consécutives au tassement des ventes, notamment les postes temporaires.

Evoquant la suite, Geberit reste prudent, la situation n'offrant qu'une visibilité limitée. Reste que le groupe table sur un recul continu de l'activité dans l'immobilier. Il n'escompte aucune embellie avant 2011. A la Bourse suisse, l'action gagnait plus de 2% avant 10h00. (ats)

Ton opinion