Zone euro: Chypre trouve un accord avec le FMI et l'UE
Actualisé

Zone euroChypre trouve un accord avec le FMI et l'UE

Nicosie a conclu lundi à la dernière minute un accord avec l'UE et le FMI pour éviter la faillite et la sortie de la zone euro. Il prévoit notamment le sacrifice des deux grandes banques du pays.

Le plan trouvé dans la nuit de dimanche à lundi prévoit de lourdes pertes pour les créanciers de la première banque du pays et la fermeture de la deuxième contre une aide de 10 milliards d'euros.

Le plan trouvé dans la nuit de dimanche à lundi prévoit de lourdes pertes pour les créanciers de la première banque du pays et la fermeture de la deuxième contre une aide de 10 milliards d'euros.

L'accord «met fin aux incertitudes concernant Chypre et la zone euro», a assuré le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jeroen Dijsselbloem. Le pays était sous la menace directe d'une coupure des liquidités dès lundi par la Banque centrale européenne (BCE).

Le président chypriote Nicos Anastasiades, qui a négocié pied à pied pendant près de 12 heures à Bruxelles, s'est dit «satisfait» de l'issue des négociations. Cette nouvelle a soutenu les bourses de Tokyo et de Hongkong qui ont ouvert en hausse lundi matin.

Le tribut sera lourd pour l'économie chypriote. Ce sera «très difficile pour le pays», mais la Commission européenne «fera tout son possible pour alléger les conséquences sociales» de ce plan, a promis le commissaire aux Affaires économiques, Olli Rehn.

La banque Laiki lâchée

En échange d'une aide de 10 milliards d'euros, Nicosie va réduire drastiquement son secteur bancaire en fermant Laiki, la deuxième banque de l'île. Les détenteurs d'actions, d'obligations et les dépôts au-dessus de 100'000 euros seront durement frappés, ce qui correspondra à 4,2 milliards d'euros.

En revanche, les petits dépôts seront intégralement préservés. Ils seront mis dans une banque assainie («good bank»), tandis que les autres iront dans une structure de défaisance («bad bank»). «Les dépôts non sécurisés de plus de 100'000 euros seront gelés et participeront à la recapitalisation nécessaire» du secteur bancaire, a précisé le ministre allemand, Wolfgang Schäuble.

Bank of Cyprus, le premier établissement du pays qui compte beaucoup de déposants russes, ne disparaîtra pas. Mais les déposants au-dessus de 100'000 euros vont eux aussi subir des pertes importantes, encore non chiffrées.

L'idée d'une taxe sur tous les dépôts bancaires, prévue dans le premier plan concocté en fin de semaine dernière, a été définitivement abandonnée. Elle avait suscité un tollé et avait été rejetée par le Parlement chypriote.

Vote chypriote pas nécessaire

Les autorités chypriotes, qui ont fait voter vendredi une loi sur les résolutions bancaires, n'auront pas besoin de repasser devant le Parlement pour adopter le nouveau plan de sauvetage.

«Cet accord est le meilleur que nous pouvions obtenir pour parvenir à une solution solide, soutenable qui restreigne le problème aux deux banques» à problème, a estimé la directrice du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde. Elle va recommander à son conseil d'administration de participer au sauvetage de Chypre.

Le plan doit encore être approuvé d'ici à mi-avril par plusieurs parlements de pays de la zone euro, dont l'Allemagne. Le premier versement de l'aide devrait avoir lieu début mai.

L'accord est survenu au terme d'entretiens parfois très durs entre le président chypriote Nicos Anastasiades et les présidents du Conseil européen, Herman Van Rompuy, de la Commission européenne, José Manuel Barroso, et de la BCE, Mario Draghi, ainsi que MM. Dijsselbloem et Rehn, et Mme Lagarde. M. Anastasiades a même mis sa démission dans la balance.

Banques toujours fermées

Sur l'île, les banques sont fermées depuis près de dix jours pour éviter la fuite des capitaux, et pourraient ne pas rouvrir mardi comme prévu. La décision sera prise «dès que possible», a indiqué le ministre des Finances, Michalis Sarris.

En attendant, les clients des deux plus grandes banques doivent composer avec une nouvelle limitation des retraits aux distributeurs à 120 euros par jour à la Bank of Cyprus, et 100 euros à la Laiki, selon l'agence CNA.

La colère monte dans le pays, où des manifestations ont été organisées samedi et dimanche. Un engin explosif a légèrement endommagé une succursale de la Bank of Cyprus dimanche soir, près de Limassol, selon des médias locaux. (ats)

L'accord stimule la Bourse de Toyko

La Bourse de Tokyo a terminé en hausse lundi, après son net recul à la fin de la semaine dernière, réagissant à l'accord passé entre Chypre et l'Union européenne pour résoudre la crise financière de l'île. L'indice Nikkei a gagné 207,93 points (1,69%) à 12'546,46. Le Topix a progressé de 8,72 points (0,84%) à 1047,29. Les valeurs exportatrices ont particulièrement bénéficié de cette annonce. Nikon et Ricoh ont gagné respectivement 1,8% et 2,23%. Toyota Motor et TDK ont pris 0,82% et 1,93%.

Bank of Cyprus: les gros déposants perdront 30%

Les déposants de Bank of Cyprus risquent de perdre 30% de leurs dépôts au-delà d'un seuil de 100'000 euros, a déclaré lundi le président de la commission des Finances du parlement chypriote.

«Je n'ai pas eu connaissance d'une annonce officielle sur la décote mais c'est le chiffre que j'ai entendu», a dit Nicholas Papadopoulos à une radio irlandaise.

Les déposants seront dédommagés par des actions de l'établissement, suivant le plan de recapitalisation de la première banque chypriote adopté par Chypre et l'Union européenne lundi au petit matin.

La décote des gros dépôts de Cyprus Popular Bank (Laiki) , la deuxième banque de l'île, n'a pas été non plus révélée mais on pense qu'elle sera supérieure et permettra de dégager 4,2 milliards d'euros. Les dépôts de moins de 100'000 euros (122'000 francs) ne seront pas taxés.

Ton opinion