Cigarettes «light»: c'est fini
Actualisé

Cigarettes «light»: c'est fini

Les cigarettiers ont menti pendant des dizaines d'années sur les effets nocifs du tabac, a décidé jeudi une juge fédéral américain.

Il leur sera désormais interdit d'apposer la mention «light» sur les paquets.

La juge de la juridiction de Washington, Gladys Kessler, a suivi l'avis du gouvernement selon lequel il est maintenant incontestable que fumer des cigarettes provoque des maladies mortelles.

«En dépit d'une reconnaissance en interne de ce fait, les cigarettiers ont publiquement nié et minimisé les dangers du tabac pendant des décennies», a-t-elle estimé dans sa décision. La juge contraint désormais les fabricants de cigarettes à ne plus utiliser certains termes dans leurs publicités et sur les paquets, à partir du 1er janvier 2007.

Les termes désormais interdits sont notamment «light» (léger), «ultra-light», «naturel» ou «faible teneur en goudron» et «tout autre terme pouvant laisser penser qu'une marque particulière de cigarette pourrait présenter un risque plus faible pour la santé». Selon ce jugement, les fabricants de tabac vont devoir publier des «corrections» faisant clairement état des dangers du tabac.

Ces informations devront être publiées sur les sites internet des cigarettiers, sur les paquets de cigarettes et dans les éditions dominicales de plusieurs grands journaux américains. Des messages publicitaires d'au moins 15 secondes devront également être diffusés au moins une fois par semaine pendant un an sur au moins une des trois principales chaînes nationales de télévision (CBS, ABC, NBC).

Le département de la Justice a indiqué être «satisfait de la reconnaissance de la responsabilité des cigarettiers, mais déçu que toutes les demandes du gouvernement n'aient pas été suivies». (ats)

Ton opinion