Saint-Gall: Cimetière privé réservé aux urnes

Actualisé

Saint-GallCimetière privé réservé aux urnes

Le croque-mort Alfred Ackermann a inauguré, dimanche à Sargans (SG), son nouvel établissement: une première en Suisse.

par
Olivia Fuchs
Une place pour une urne dans le cimetière privé d'Alfred Ackermann coûte 400 francs dans la première année, puis 200 francs pour celles qui suivent.

Une place pour une urne dans le cimetière privé d'Alfred Ackermann coûte 400 francs dans la première année, puis 200 francs pour celles qui suivent.

Cela fait près de 20 ans qu'Alfred Ackermann, âgé de 51 ans, exerce la profession de croque-mort. Dimanche, le Saint-Gallois a inauguré le premier cimetière privé de Suisse dans une maison à deux étages à Sargans (SG). Son nouvel établissement est uniquement réservé aux urnes. Une douzaine de curieux étaient présents aux portes-ouvertes. «Beaucoup de gens n'ont plus vraiment de lien avec l'église. L'atmosphère est un peu plus détendue ici», raconte un des visiteurs. Plusieurs pièces de la maison sont réservées aux cérémonies d'adieux. Les urnes, elles, sont toutes placées dans la même salle. Un digicode permet l'accès aux proches des personnes décédées. Et cela 24 heures sur 24.

Contrat annuel

«Cela permet aux membres de la famille d'être plus flexibles. Dans un cimetière public, l'urne doit y être déposée pour une durée minimale de 15 ans», explique Ackermann. Une personne qui déménage, par exemple, ne peut donc pas emporter l'urne de son proche avec elle. C'est pour cela que les contrats de location sont renouvelés tous les ans chez Alfred Ackermann. Le prix est de 400 francs la première année, puis de 200 francs les ans qui suivent, écrit lundi «20 Minuten».

Reste que ce concept ne plaît pas à tout le monde. L'ancien évêque de Saint-Gall, Ivo Fürer, n'est pas enchanté: «La relation avec la personne décédée est mieux entretenue dans un cimetière public.»

Ton opinion