Cinq communes pour un seul Grand-Fribourg
Actualisé

Cinq communes pour un seul Grand-Fribourg

FRIBOURG. La récolte de
signatures en faveur de
l'initiative «Fusion 2011»
a démarré hier.

«C'est un véritable sondage grandeur nature, qui permettra de connaître enfin l'opinion des citoyens.» André Ackermann, membre de l'association Fusion 2011, est enthousiaste. Il entend mettre le turbo au rapprochement entre communes du Grand-Fribourg. Fusion 2011 a officiellement lancé hier la récolte de signatures visant la fusion entre la capitale et les communes voisines de Villars-sur-Glâne, Givisiez, Granges-Paccot et Corminbœuf. Les réticences viennent plus des petites communes plus riches que de Fribourg, qui paient pour de plus grandes structures sociales. En signant l'initiative, les citoyens ne se prononcent pas encore concrètement sur la fusion. Ils donnent mandat à leurs exécutifs de négocier une convention de fusion, qui sera soumise au scrutin populaire. Un autre projet, baptisé «Agglo», par ses partisans, sera voté par une dizaine de communes en février. Ce projet vise des collaborations intercommunales dans cinq secteurs.

A terme, le Conseil d'Etat aimerait que le canton ne comporte plus que 100 entités.

Les fusions sont également à l'ordre du jour dans d'autres cantons. En Valais notamment, les habitants du Val d'Anniviers ont accepté la fusion des six communes de la vallée.

Du côté de Neuchâtel, la commune unique du Val-de-Travers et la création de la nouvelle commune de La Côte (Peseux et Corcelles-Cormondrèche) sont en cours de réalisation.

Nando Luginbuhl/ats

Ton opinion