PostFinance - Cinq francs pour un relevé mensuel papier: «C’est trop!»
Publié

PostFinanceCinq francs pour un relevé mensuel papier: «C’est trop!»

Le 1er juillet prochain, la filiale financière de la Poste va quintupler le prix des extraits de compte sur papier. Cette hausse passe mal auprès de certains clients et de la Fédération romande des consommateurs.

par
Samantha Medley
PostFinance va changer ses tarifs pour les documents papier. 

PostFinance va changer ses tarifs pour les documents papier.

Pixabay

«Ma belle mère de 96 ans va se voir facturer 5 francs par mois pour un extrait de compte. Doit-elle prendre des cours informatiques à son grand âge?». Une internaute s’est plainte sur les réseaux sociaux du prix du papier facturé par PostFinance, qui va passer de 1 franc à 5 francs à partir du 1er juillet. Ce changement a fait bondir de nombreuses personnes. Les clients de la filiale financière de la Poste qui souhaitent recevoir un extrait de compte ou les justificatifs d’intérêts, les décomptes de carte de crédit ou encore les saisies des ordres de paiement et permanents en Suisse, dans leur boîte aux lettres, vont ainsi débourser 60 francs par an. L’an dernier, quelque 620’000 extraits de compte mensuels ont été émis sur papier.

Ce forfait papier s’ajoute au prix des nouveaux paquets de prestations de PostFinance qui seront en vigueur à partir du 1er juillet. Le prix du premier sera de 5 francs par mois (comme aujourd’hui), le second, comprenant davantage de prestations, sera facturé 12 francs.

Bon nombre de banques ainsi que d’autres entreprises, comme les opérateurs de téléphonie mobile, répercutent les coûts du papier sur la clientèle. Le prix de cette prestation varie d’un établissement à l’autre: il est de 3 francs à la Banque Cantonale Vaudoise, 1fr.50 à la Banque Migros, 5 francs à l’UBS et 1 franc chez Raiffeisen. De son côté, Credit Suisse propose un forfait de 24 francs par an, soit 2 francs par mois.

«Cinq francs, c’est trop»

Les clients de PostFinance ne sont pas les seuls à réagir à la forte augmentation des frais pour les documents imprimés. «Cinq francs, pour une prestation normale de la part d’une banque et qui consiste en une simple impression et un envoi, c’est trop. Il est également regrettable que ce changement de tarif se fasse aux détriments des consommatrices et des consommateurs les plus impactés par la fracture numérique», déclare Jean Busché, responsable économie et NTIC à la Fédération romande des consommateurs (FRC).

Le sujet des taxes papier n’est pas nouveau pour la FRC. Après une interpellation refusée par le Conseil fédéral en 2013, elle avait appuyé en 2018 la motion du socialiste Jacques-André Maire demandant de mettre fin à cette pratique commerciale abusive, mais en vain. Le Conseil fédéral avait refusé de légiférer en ce sens.

La numérisation est tendance

«Il est juste que les clients paient un certain prix pour l’option papier. Les processus sur support papier (impression, préparation, frais d’envoi) sont beaucoup plus coûteux que les processus numériques dans l’e-finance et la PostFinance App», déclare Rinaldo Tibolla, porte-parole de PostFinance.

Le coût du papier n’est pas le seul argument de la filiale financière de la Poste pour pousser ses clients à passer au mode numérique, comme le confirme Rinaldo Tibolla: «La numérisation est une tendance résolument ancrée dans la société, ce que nous constatons aussi dans les chiffres relatifs à l’utilisation de nos services. Par ailleurs, les clients sont toujours plus nombreux à renoncer au papier afin de préserver l’environnement.» Il complète en déclarant que PostFinance a proposé «de nombreuses prestations à des prix avantageux, voire gratuitement, mais le contexte actuel en matière de taux d’intérêt ainsi que les restrictions que lui impose l’interdiction d’octroyer des crédits font qu’elle n’en a plus les moyens.»

Nouvelle solution numérique

PostFinance et Swisquote ont développé une nouvelle application bancaire numérique conjointe baptisée Yuh. Cette solution intègre des fonctionnalités qu’aucune autre application bancaire en Suisse n’offre à ce jour, indique un communiqué. Les deux prestataires de services financiers en ligne présenteront le 11 mai les différentes caractéristiques et fonctionnalités de Yuh.

Ton opinion