Vietnam – Cinq journalistes citoyens en prison pour «abus de droits démocratiques»
Publié

VietnamCinq journalistes citoyens en prison pour «abus de droits démocratiques»

Les cinq personnes qui travaillaient pour une page web de journalistes citoyens ont été condamnées jeudi par un tribunal à des peines allant de 2 à 4 ans et demi de prison.

Le Vietnam se situe à la 175e position sur 180 pays dans le classement sur la liberté de la presse établi par Reporters sans frontière en 2021.

Le Vietnam se situe à la 175e position sur 180 pays dans le classement sur la liberté de la presse établi par Reporters sans frontière en 2021.

AFP

Un tribunal vietnamien a emprisonné cinq journalistes citoyens pour «abus de droits démocratiques», suscitant de vives critiques de la part des États-Unis concernant la répression de la liberté d’expression par le gouvernement communiste.

Cinq personnes travaillant sur une page d’information en ligne de journalistes citoyens ont été condamnées jeudi par un tribunal de Can Tho, dans la région méridionale du delta du Mékong. Truong Chau Huu Danh, fondateur de la page Facebook Bao Sach ("Le journal propre"), qui publie des articles sur des questions sociales brûlantes et sur la corruption, a été condamné à quatre ans et demi de prison.

Les articles de Truong Chau Huu Danh, ancien journaliste, contenaient «des pensées réactionnaires, allant au fond des choses et ne servant pas les intérêts du pays», a déclaré l’agence de presse vietnamienne, citant des documents judiciaires. Ses quatre coaccusés ont été condamnés à des peines de prison allant de deux à trois ans. Tous les cinq seront interdits de travailler dans le journalisme pendant trois ans après avoir purgé leur peine de prison.

Réaction de la diplomatie américaine

Ce verdict est le dernier en date d’une «tendance troublante» à la détention de travailleurs de la presse et de tout citoyen «exerçant ses droits à la liberté d’expression et de la presse», a déclaré vendredi le porte-parole du département d’État américain, Ned Price. «Ce groupe de journalistes se concentre sur des reportages d’investigation sur la corruption, ce qui, bien sûr, n’est pas un crime», a-t-il déclaré dans un communiqué. «Les États-Unis appellent les autorités vietnamiennes (…) à libérer ces cinq journalistes et toutes les personnes injustement détenues, et à permettre à tous les individus au Vietnam d’exprimer leurs opinions librement et sans crainte de représailles».

La ligne dure de l’administration vietnamienne agit souvent rapidement pour étouffer la dissidence, en emprisonnant des militants, des journalistes et tout critique ayant une grande audience sur Facebook, largement utilisé dans le pays. En juillet, l’ancien journaliste de radio Pham Chi Thanh, également un militant pro-démocratie bien connu, a été condamné à cinq ans et demi de prison pour avoir diffusé des informations sur Facebook.

Selon ses détracteurs, le gouvernement a adopté une approche beaucoup plus dure à l’égard de la dissidence depuis la réélection de Nguyen Phu Trong à la tête du Parti communiste, à l’issue d’un congrès secret tenu au début de l’année.

Le Vietnam occupe la 175e place sur 180 pays dans le classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières en 2021.

(AFP)

Ton opinion

4 commentaires